mardi 5 mai 2009

Hadopi: la contreproposition de Benoît Hamon pour Internet


J'ai vu Benoît Hamon au grand Journal. Ce qu'il propose :

1) Créer une nouvelle taxe (=impôts) de 7 Euros (par exemple) par mois pour tous les utilisateurs d'Internet.

2) Avec et argent on rémunérera les créateurs


( Commentaire:

1)Déjà je ne suis pas d'accord pour payer pour le téléchargement de musiques et de films car je ne télécharge pas pas. C'est comme si on demandait au piétons de payer pour les automobilistes.

2) Comment décidera-t-on de rémunérer les créateurs et de leur attribuer la part qui leur est dûe?

Le plus naturel semble être de rémunérer les artistes en fonction des téléchargements. Mais cela implique deux choses: savoir qui est téléchargé et combien de fois. Est-ce possible? Probablement ..
Mais surtout cela veut dire que quand un Internaute télécharge un film américain par exemple "Anges et démons", moi, internaute français, qui ne télécharge jamais, je dois participer à la rétribution des producteurs américains. Vous trouvez cela juste?

8 commentaires:

C a dit…

Je suis bien d'accord avec vous.
Au final, ça encourage et légitimise le téléchargement.
C'est ridicule !

Scheiro a dit…

On paye déjà pour la SACEM en achetant des supports mémoires même vierges: disques dur, clefs USB, CD-Rom, etc.
Il faudrait que nos soit-disant artistes cessent leurs abus. Quand à leur "musique", je ne cherche qu'à l'éviter et surtout pas à la télécharger.

Scheiro a dit…

Ha les commentaires sont censurés: on ne m'y reprendra plus!

Christian a dit…

"C'est comme si on demandait au piétons de payer pour les automobilistes" dites-vous. Mais le plus invétéré des piétons paie pour les automobilistes. Par exemple avec ses impôts, pour faire des routes ou des parkings publics.

D'autre part, il y aurait beaucoup à dire sur la rémunération des créateurs, en particulier sur le montant excessif de cette rémunération pour certains. Et une grande partie de ce que l'usager paie tombe dans l'escarcelle des intermédiaires (agents, maisons de disques, producteurs, etc).

Enfin, je ne trouve pas choquant de considérer la culture comme autre chose qu'une marchandise. Pourquoi ne pas payer un artiste comme on paie un prof ou un policier ?
Remarquons également que ceux des artistes qui crient le plus fort contre le téléchargement sont ceux qui ont pignon sur rue et gagnent grassement leur vie. J'ai lu de nombreux témoignages de personnes moins célèbres qui considèrent le téléchargement de leurs oeuvres comme une publicité gratuite qui leur permet de se faire connaître et de gagner décemment leur vie grâce aux concerts.

Pour finir, vous remarquez justement que "cela implique deux choses: savoir qui est téléchargé et combien de fois". La photo de Big Brother que vous avez placée en illustration de votre article trouve là toute sa justification. N'ouvrons pas la boîte de Pandore de la surveillance des connexions. Laissons cela aux grandes démocraties comme la Chine ou l'Arabie Saoudite.

Lhansen-Love a dit…

ah bon .. les commentaires sont censurés?

Lhansen-Love a dit…

Pour l'exemple du piéton, vous avez raison, ce n'était pas pertinent.. Tout le monde paye tout pour tout le monde.
Donc le problème semble être plutôt celui de la répartition...
Qui va décider de la redistribution de l'argent prélevé par l'Etat et selon quels critères?
Pour la musique, vous semblez tous supposer que les intermédiaires sont superflus et qu'on peut s'en passer. Je ne crois, pas, mais admettons...
Chacun peut sans doute proposer sa musique et se faire connaître sur Internet, sans financement..
Mais pour le cinéma...
Savez -vous ce que coûte un film?
Et comment finance-t-on des films si on ne les vend plus, dans la mesure où , grâce à la licence globale, tout le monde peut avoir un accès illimité aux films téléchargés sur Internet.
Qui va acheter les DVD???
Croyez-vous que l'on va deristribuer l'argent des films téléchargés aux producteurs? Mais selon quels critères?
Autrefois, il y a eu cette loi qui réprimait le "photocopiage". Pour essayer de protéger les livres, auteurs et éditeurs confondus. Je crois que c'était une loi juste (bien que liberticide , selon vos critères) .
Je ne vois pas l'Etat finançant, l'art, je ne pense pas que cette idée soviétique ("payer un artiste comme un prof ou un policier") soit une bonne idée.

Scheiro a dit…

Le terme "modéré" est un euphémisme pour "censuré". Ne le voyez-vous pas sous cet angle? Sinon, veuillez m'expliquer la différence sémantique entre "censure" et "modération"?

Scheiro a dit…

"La modération des commentaires a été activée. Tous les commentaires doivent être approuvés par l’auteur du blog."
C'est le texte qui s'affiche après que le commentaire soit posté. Si vous pensez supprimer cette censure il faut régler les paramètres de Blogger, L-L :-)