mercredi 29 août 2007

Cristian Mungiu, Florian Henckel et La Boétie


Gérard Lefort remarque ce matin dans Libé que le film de Mungiu a très bien montré le mécanisme du totalitarisme, tel que La Boétie l'avait mis à jour:


" (Histoire de rappeler qu' ) aucune dictature ne dure si elle n'a pas trouvé au plus profond de la banalité des candidats à la servitude volontaire".

"La servitude volontaire"...
Il me semble qu'avec ce film, comme avec La vie des autres, nous commençons à entrapercevoir ce qu fut le "socialisme" réel. Ce n'est aps un des moindres mérites de ces deux films, pour moi les plus marquants de ces derniers mois!


(je mets socialisme entre guillemets...)

4 commentaires:

florian a dit…

"le fait que le régime totalitaire, malgré l'évidence de ses crimes, s'appuie sur les masses, est profondément troublant"
Ecrit Hannah Arendt dans l'Origine du totalitarisme, (p. 28)
Le personnage de Wiesler, quant à lui, jusqu'à ce qu'il désobéisse, me semble être défini là : " la principale caractéristique de l'homme de masse n'est pas la brutalité ou le retard mental, mais l'isolement et le manque de rapports sociaux normaux." (Le système totalitaire, p.39).
Je pense que le film décrit très bien ce qu'Hannah Arendt voit dans le totalitarisme : le désintérêt du monde, l'absence de monde commun, l'extrême solitude (désolation), la coupure d'avec le monde, la préférence d'avec le monde fictif (on voit bien cette fiction dans les rapports des écoutes, le plan de l'appartement, etc.).
Elle dit encore page 224 : "le sujet idéal du règne totalitaire n'est ni le nazi convaincu, ni le communiste convaincu mais l'homme pour qui la distinction entre le fait et la fiction et la distinction entre le vrai et le faux n'existent plus."
D'une certaine manière, cette dernière citation peut aussi s'appliquer à un autre film, sur le même sujet, mais vu sous un angle différent (mais paradoxalement pas si éloigné) : Goodbye Lenin.

Cordialement.

Lhansen-Love a dit…

Oui, le revirement de Wiesler me paraît d'ailleurs totalement invraismeblable...
Quant à Good bye Lenine, le film me semble-t-il minimisait beaucoup l'horreur de ces années là.
Vous allez voir le film roumain?

florian a dit…

A propos du revirement de Wiesler, il est effectivement invraisemblable, mais il peut s'expliquer, toujours par Arendt. Il n'est plus spectateur de la vie des autres, mais il fini par participer, il retrouve donc une sorte de monde commun qui vient petit à petit ébrécher la belle construction idéale du "socialisme réel". Il retrouve le monde est contraint à l'attention, à prendre soin des autres, à l'empathie, il retrouve un corps, il participe (à son corps défendant).
Même si le scénario m'a un peu déçu parce qu'il était attendu (mais à la limite que faire d'autre ?) j'ai beaucoup apprécié ce film, les acteurs sont superbes.
Je vais essayer d'aller voir le Roumain lundi soir.
Avez vous vu la naissance des pieuvres ?
Vous savez qu'on peut voir l'intégralité de la table ronde sur Littel (avec Francis "torero" Wolff en autre) ainsi que l'intervention de Littel avec Julia Kristeva sur le site de l'ENS ?

Lhansen-Love a dit…

oui, j'ai vu Naissance des pieuvres, c'est très bien, elle a beaucoup de talent, c'est sûr (mais j'ai mes réserves).
Quant au torero F. Wolff, merci bien.
Je n'ai pas de temps à perdre je corrige mes copies (sur le totalitarisme selon C. Lefort)