lundi 22 décembre 2008

Quant au "retour du religieux"...


Il est toujours intéressant de bousculer les clichés.
Le retour du religieux est une idée toute faite. Marcel Gauchet (après Auguste Comte et Durkheim) a montré que ce qui est irrésistible au contraire, c'est le déclin du religieux.
Lire à ce propos le compte rendu du livre de Olivier Roy "La sainte ignorance.Le temps de la religion sans culture" La religion à l'épreuve de la mondialisation

Extraits:

"Les fondamentalismes sont la conséquence d'une crise de la culture et non pas l'expression d'une culture"

"Les fondamentalistes se sont débarassés de la culture".. "les saints ignorants contribuent à l'épuisement du religieux"...

Du coup :

Il est inapproprié de soutenir que "toute culture est fondée sur une religion et toute religion incarnée dans une culture" thèse des partisans de l'idée de "choc des civilisations", autre idée reçue des temps qui courent...

3 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est vrai a mon avis: ce n'est pas le religieux qui revient en ce moment, c'est la croyance et le fanatisme.
R.

rémi a dit…

Le fondamentalisme n'est pas, tant s'en faut, la seule marque du retour du religieux.
La bien plus grande présence de Dieu dans la campagne présidentielle américaine qui s'achève, le fort taux de conversion à l'évangélisme en amérique du sud (plusieurs % l'an), sont des mesures de ce retour effectif du religieux. En France ce phénomène est notamment bien manifeste dans la haute administration, où on a pu assister à des prières en début de réunion!

L'enchaînement logique de l'article m'échappe. S'il apparaîtra évident à la plupart que les fondamentalistes nuisent à leurs religions, on aura bien du mal à trouver une articulation logique entre ce constat et le fait qu'il serait inexact que "toute culture est fondée sur une religion et toute religion incarnée dans une culture". Le plus sûr moyen de flinguer le voltairianisme consiste à l'étayer avec des arguments inappropriés. "écrasons l'infâme" : luttons aussi contre le dogmatisme rationaliste ambiant qui conduit à se saisir de tout et n'importe quoi pour étayer ses convictions!

Lhansen-Love a dit…

Oui Ray, la croyance en n'importe quoi, l'irrationalisme, la mentalité "théologique" de Comte...

Remi:
Ce que dit l'auteur qui me paraît très juste c'est qu'il y a affichage, exhibition des sentiments mais absolument pas renforcement d'une pratique religieuse ni des vocations (entrée dans les ordres par exemple..)
Je ne comprends pas ce que vous suggérez à propos du voltairianisme.
Sur culture et religion, tout le bouquin vise à montrer qu'on peut les découpler : ce qui est réel, (la religion sans culture) , est donc possible...