mardi 10 février 2009

Alerter les parents?



Je vois bien les enjeux et je comprends les protestations..

Cependant, je suis choquée par le procédé rhétorique " Donnerait-on le permis de conduire à des candidats qui n'auraient jamais pris le volant" ? (ceci pour protester, entre autres choses, contre le fait que le stage d'un an rémunéré des jeunes enseignants sera supprimé).
Mais réussir à tenir une classe n'a rien à voir avec conduire une voiture! On doit d'abord connaître bien .. la philosophie -par exemple - avant de savoir "conduire" sa classe. La pédagogie cela ne relève pas (seulement) de l'apprentissage. Pas en priorité en tout cas. Sinon, on devrait commencer par enseigner avant d'aller à la fac, pour savoir si on est fait pour cela, comme on apprend à conduire en conduisant (conduite accompagnée) ou à nager.. en nageant.
Je me permettrais tout de même de vous rappeler que "de mon temps", nous étions jetés dans une classe un mois après avoir été reçus à l'agrégation ou au CAPES. Pourquoi ce qui fut possible serait devenu inconcevable ? (Ca s'est d'ailleurs très mal passé pour moi. Au point que j'ai voulu abandonner).Mais on apprend vite. On apprend sur le tas. Comme les cinéastes qui font des films sans jamais avoir été assistants ni stagiaires. Il y en a... (je pense à des écrivains)
Bien sûr, c'est mieux, idéalement, de faire des stages! Mais il ne faut pas exagérer non plus. Le prof qui vient d'avoir l'agrégation ou le Capes n'est pas un chauffard, un conducteur fou... N'alertez pas les parents, ils sont déjà assez inquiets comme cela, non?

3 commentaires:

Anonyme a dit…

oui mais si les stages permettent d'améliorer les capacités du professeur, d'affûter sa formation alors pourquoi le supprimer? Votre argument ça se passait comme ça avant et se n'était pas si mal me semble un peu faible et conservateur même s'il n'est pas entièrement faux. Avec cet argument on empêche tout progrès et innovation sous prétexte que jusqu'alors on a réussi à sans passer...voire on supprime tputes les innovations et les progrès qui coûtent chers... Personnellement j'adhère à votre argument mais qu'en ce qui concerne les innovations nocives pour la santé, l'environnement,...
Pas pour celle censées améliorer l'éducation!
PS: Merci pour votre blog très enrichissant

florian a dit…

bonjour,
Je pense qu'effectivement vous posez la bonne, la seule vraie question : "pourquoi ce qui était possible ne l'est plus ?". Pourquoi les élèves ne viennent plus en classes pour apprendre ce que le prof sait et ce qu'il leur transmet ? Pourquoi lorsque des élèves ne suivent pas, ne rendent pas leurs devoir, sont absents, c'est de la faute du prof qui n'est pas "intéressant" ? Pourquoi en plus de passer des heures sur la philosophie, les auteurs, les cours, les corrections, les conseils de classes, les conseils pédagogiques, les préparations de journées portes ouvertes, les journées en question, les webclasseurs, les remédiations, il faudrait encore que l'on soit des "show-men" divertissants, amusants et performants quoiqu'il arrive, toujours en forme, patients, disponibles, et en plus... prêts à culpabiliser pour un oui ou pour un non quand quelque chose ne va pas.
Moi aussi je vais y aller du "de mon temps". De mon temps (85-86) en terminale A1 (les littéraires faisaient encore des maths et s'en portaient d'autant mieux), le prof de philo n'avait jamais entendu parler de la moindre pédagogie, on n'était pas en cours pour assister au show, pour la prestation ou pour le divertissement, mais pour entendre de la philosophie. Et il s'y entendait, un vrai puits de science, on enseigne déjà parce qu'on sait, et on ne peut enseigner que ce que l'on sait. Le reste c'est du vent, du divertissement pédagogique justement. Une fois qu'on a le prof qui sait (et qui a passé un concours de fous pour prouver qu'il sait) si il y a un problème, il est de l'autre côté du bureau. Si Monchéri et Moncoeur ne veulent pas faire leur métier d'élève cela ne dépend pas de nous.

Lhansen-Love a dit…

Pourquoi supprimer les stages.. mais pour faire des économies évidemment!
Je crois que nous avons en France un problème avec les finances publiques, et l'éducation nationale est le premier poste budgétaire du pays, c'est là que le gouvernement coupe en premier..
Ensuite: je ne dis pas: "c'était bien avant" "il ne faut donc rien changer".
Je récuse simplement l'argumentation de l'article du monde sur le permis de conduire.
Je crois surtout que les difficultés des profs ne sont pas une question de stages ni de budget , mais une question d'autorité,et d'élèves qui ont changé, comme en témoigne le film "Entre les murs" (voir le post de Florain)
"De mon temps" (!!!!) j'avais toujours des classes de plus de quarante et je m'en réjouissais car cela me donnait une heure sup!
C'était casse-pied pour les copies mais pas plus de pbs qu'aujourd'hui avec mes classes de 24 (qui sont délicieuses, c'est vrai). Maintenant si vous étiez au gouvernement , que proposeriez -vous pour réduire la dette publique?