lundi 22 septembre 2008

La ligne mystérieuse du PS


Je ne comprends pas..

Il y a une dizaine de jours, PIerre Moscovici disait que tout en critiquant la stratégie de la France, il ne remettait pas en cause l'engagement des troupes françaises en Afghanistan (Le Point)

Et maintenant le PS vote non au maintien des troupes...

Défaillance de la mémoire? Inconséquence?

8 commentaires:

Anonyme a dit…

et vous comprenez celle de l'UMP ???

Anonyme a dit…

je crois que c'est ce qu'on appelle la politique...

Lhansen-Love a dit…

Cher Anonyme,
UMP ou pas UMP, je m'en fiche.

Je comprends la position de la France: être solidaire des 25 autres pays européens engagés, et rester fidèle à la décision prise par Chirac et Jospin.
Pourquoi?
Parce que évoquer un retrait aujourd'hui c'est dire aux Talibans: bravo! Votre attentat contre la France est payant. VOus avez gagné un bataille, et peut-être bientôt la guerre. Continuez comme cela, vous êtes les plus forts...
Bien sûr aujourd'hui la stratégie suivie est mauvaise (nous reculons), il faut la changer, et surtout ne pas être à la remorque des Etats-Unis. Pour imposer nos propres vues en Afghanistan nous devons être dans un rapport de force par rapport aux Etats-Unis et non pas être des dégonflés. TOut le monde sait bien que le vote du PS est pour la frime, pour faire plaisir à l'électeur, mais que s'ils étaient au gouvernement, tout comme Jospin, ils maintiendraient les troupes en Afghanistan. Bref ce vote , c'est de la démogogie...

Anonyme a dit…

oui, bien sûr, c'est de la démagogie, mais, à vous lire, j'ai souvent l'impression que c'est une tare spécifique au PS...
maintenant, si vous vous en fichez...

Lhansen-Love a dit…

démagogie, tare spécifique du PS. Oui, un peu, elle tient lieu de projet. Je ne suis pas la seule à le penser, lisez le Monde ce soir : le désarroi de la sociale démocratie européenne, avec un encadré sur l'"exception du PS français" : un cas à part (immobilisme, absence de tout projet, inertie intellectuelle)

Anonyme a dit…

En ce qui me concerne, la démagogie à l'état pur s'incarne plutôt en la personne de Xavier Darcos qui, sous couvert de "lycée à la carte" offrant à chacun un libre parcours, flatte les passions lycéennes. Cet agrégé de lettres classiques serait bien inspiré de relire "La crise de l'éducation" de Hannah Arendt et de cesser un instant d'incarner Le Prince sur la scène publique...deux oeuvres dont les lycéens ne risquent pas d'entendre parler dans les années à venir. D'après les déclarations de Jean-Paul de Gaudemar aux syndicats le 16 septembre, l'étude de la philosophie fera désormais l'objet d'un module semestriel de 50 heures en terminale auquel pourra s'ajouter un module optionnel de 50 heures - en 1ere certainement. Un lycéen désireux de se "spécialiser" en philosophie se verra donc offrir la possibilité de suivre une centaine d'heures de cours de philosophie en 1ere et terminale alors qu'un élève de T L en reçoit actuellement près de 240 !

Lhansen-Love a dit…

merci pour cette info ahurissante...
(cela dit je ne vois pas le rapport avec la démagogie. Je ne crois pas que le gouvernement va séduire les électeurs en s'attaquant à la philo..)

Le spitz japonais a dit…

Vous pouvez suivre l'affaire ici: http://philolilleweb.free.fr/PhiloLILLE-web.html

Ce site a été créé par des profs de philosophie de l'Académie de Lille (et succède à un groupe sur Yahoo), lesquels avaient déjà faits en juin une opération de rétention des notes pour protester contre le délai de plus en plus raccourci pour corriger les copies. Je crois qu'il va falloir être vigilant car l'avenir de notre matière ne semble malheureusement pas très radieux.