lundi 22 septembre 2008

Philosophie danoise


Recette du bonheur? Est-elle importable?

Tous ceux qui ont passé des vacances au Danemark comprendront de quoi je parle.. les paniers de légumes au bord des routes!!! accompagnés d'une petite cagnote.. Heureux comme un danois





Cela résume bien toute la mentalité danoise, si près de nous, si loin de nous....


(nous , c'est plutôt l'état de nature selon Hobbes, comme en témoigne par exemple le film de Cantet. L'agressivité, la défiance, la lutte à mort pour la reconnaissance... )
Pourquoi ne pas nous inspirer du modèle danois?

3 commentaires:

Christian a dit…

Je viens d'aller lire l'article de Libé et j'ai trouvé ces deux commentaires, que vous n'aviez pas pu lire puisqu'ils ont été écrits ce soir :

Lundi 22 Septembre 2008 - 19:52
Les Danois sont peut-être heureux, les étrangers qui habitent le Danemark certainement pas. J'habite le Danemark depuis 14 ans. Quatorze ans où tous les jours on me fait des remarques parce que je ne suis pas danois. Quatorze ans où les Danois me parlent de leur charmant pays en oubliant que c'est un pays où l'on a la politique la plus restrictive quant aux étrangers d'Europe, où l'extrème droite collabore au gouvernement, où les Musulmans sont systématiquement criminalisés, où les Francais sont traités plus bas que terre, où l'on vit seul si l'on n'est pas danois... Alors système social parfait, pas de chomage ou peu, c'est vrai mais les Danois ont créé leur sous-prolétariat avec les immigrants qu'ils détestent et ceci avec une froideur et une arrogance qui feraient réagir et hurler l'Europe entière si le Danemark n'était pas un petit pays vivant sur une réputation de gentillesse bien dépassée. Haider en Autriche est un gamin comparé à Pia Kjersgaard qui déverse au Danemark ainsi que les membres de son parti populaire danois un flot de haine quotidien contre les étrangers et pour un Danemark ...danois. Tout ce bonheur n'est que mensonge et apparence. Comme le dit l'article, les Danois sont tellement nationalistes qu'ils n'osent critiquer de peur de trahir. Ici aucune tête ne doit dépasser, personne ne doit s'affirmer, tout le monde dit la même chose, c'est cela aussi l'égalité danoise. Il y a dix ans Florence Aubenas nous avait rendu visite et avait déjà à cette époque constaté dans Libération cette politique d'exclusion et ce nationalisme exacerbé. Les Danois se croient peut-être heureux en oubliant ceux qui au Danemark sans être danois y sont malheureux.

Lundi 22 Septembre 2008 - 18:46
Fini de rire Satisfaction, recto-verso. Le verso de cette satisfaction, c'est une intolérance à ce qui vient de l'extérieur et un racisme natif. Je peux donner à Anne-Françoise Hivert les coordonnées d'une famille réfugiée politique, originaire de République Démocratique du Congo, scotchée par les autorités dans une petite ville de province: pendant 3 ans (le temps d'apprendre le danois, parait-il) les enfants (9 ans à 14 ans) sont privés d'un enseignement normal, et les parents, infirmiers, interdits de prendre un emploi rémunéré dans leur profession. Et il leur faut encore essuyer des interpellations sur le thème "tu n'as pas le droit d'être ici; moi oui, car j'y suis né".

Je retiens de tout cela qu'avant d'évaluer la qualité d'un produit, il ne faut pas hésiter à en gratter un peu le vernis; et que la société idéale reste à inventer. Tiens, ça me donne l'envie de relire La Nouvelle Atlantide de Francis Bacon !...

Lhansen-Love a dit…

merci Christian pour cet indispensable contrepoint...
Quand on visite le Danemark , on ne se rend pas compte de cela, il y a une telle douceur apparente...
La question est la suivante: pourquoi y a-t-il toujours un revers de la médaille? Pourquoi pour être "heureux" faut-il nécessairement exclure? Rousseau pensait que l'on ne peut être "heureux" que si l'on se mesure à ceux qui ne le sont pas.. Avait-il donc raison?

Duobrio a dit…

"Le revers de la médaille" comme vous l'écrivez est justifié parle besoin de protéger jalousement ce qu'on a pour ne pas le partager avec trop de monde ...
un peu on veut bien tous, si cela ne nous enlève rien !, beaucoup (donc donner à autrui qq chose de soi) c'est trop donc c'est non !