dimanche 19 avril 2009

Un idéal de l'imagination?







"Si on savait à quoi on s'expose on n'oserait jamais être heureux" Nicolas Bouvier (cité par E. Carrère , dans "Dautres vies que la mienne")
Portrait de Bella par Lucian Freud

3 commentaires:

~PakKaramu~ a dit…

Pak Karamu reading your blogs

Anonyme a dit…

Justement, au fond on sait à quoi on s'expose: l'angoisse inhérente à la jouissance. C'est pourquoi peu osent être heureux - mais se plaignent quand même.

R.

Anonyme a dit…

Le véritable bonheur est rare et précieux. Le parcours est parfois long et tumulteux. Il faudra, une fois atteint, en savourer chaque instant, le préserver et le vivre pleinement, car le bonheur n'est qu éphémère. Notre vie devient ainsi une quete perpetuelle de ce bonheur perdu.