lundi 28 mai 2007

Journée de solidarité


Quelqu'un pourrait-il me donner une explication plausible de la défection des profs aujourd'hui?
(je n'en vois aucune, et vraiment, j'ai honte pour ma corporation)

13 commentaires:

jean a dit…

fonctionnaires au karcher ! (pardon?)

Lhansen-Love a dit…

oui?

florian a dit…

Je crains de ne pas comprendre chère Laurence....
Je n'ai pas enseigné aujourd'hui. Hors le lundi j'ai 3 heures de cours (petite journée je le conçois).
Pour ne pas à avoir à faire cours aujourd'hui, j'ai travaillé un samedi entier (6 heures), c'est comme cela que nous avons décidé d'être solidaires dans notre établissement. Donc, aujourd'hui, j'étais solidaire. Sans être trop d'accord d'ailleurs.
Ce n'est pas le travail qui génère le plus de richesses aujourd'hui. Pourquoi prendre l'argent là où il y en a le moins et ne pas le prendre là où il y en a de le plus. C'est la solidarité selon la droite....
(oui je sais, je suis grognon)

Lhansen-Love a dit…

Et moi je dois faire acte de présence deux demi-journées (palabres imbéciles et totalement superflues). Sur le plan symbolique, le fait de fermer les portes d'établissements scolaires quand le privé travaille, je trouve ça désolant...
Quant aux économies réalisées par cette journée , elles ne sont pas négligeables, paraît-il (dans le monde de l'entreprise).

"Prendre l'argent où il est" dites-vous ?
L'Etat ne peut réduire que le train de vie de l'Etat. A moins de reprivatiser encore EDF , les banques etc??
Ou alors d'imposer davantage les grosses fortunes? Comme le préconisent mes amis communistes?

Si ce type de méthodes fonctionnent, que n'y a-t-on pensé plutôt? Et pourquoi les électeurs sanctionnent-ils la gauche qui a eu tout le loisir de renflouer les caisses de l'Etat de cette manière quand elle a gouverné avec Mitterrand ou Jospin?
Et qu'est-ce qui "génère des richesses", à part le travail?

Melissa a dit…

Je suis enseignante, et donc aujourd'hui je ne suis pas allée travailler. Bien sûr, j'ai travaillé deux demie-journées supplémentaires, en réunion, mais mes parents d'élèves ne le savent pas et croient que je suis en vacances. La caissière du supermarché, par exemple, a du me maudire. Aujourd'hui, elle a travaillé toute la journée, et sans doute a-t-elle du payer une nounou pour garder ses enfants, puisqu'il n'y avait pas d'école...
Elle le fait déjà de toute façon les dimanches avant Noël, et avant le jour de l'an et le premier mai...
Bref, tout cela fait un peu désordre, et ne doit guère inciter à la solidarité...
J'aurais préféré être en classe, travailler avec mes élèves, et peut-être ce jour là aurait-on pu en plus expliquer pourquoi on était là...
Mais alors on aurait eu les râleurs genre ceux contre la lettre de Guy Mocquet...
On ne s'en sortira donc jamais ?

bjf a dit…

Oui, je suis tout à fait d'accord avec toi.

Moi aussi, j'ai fait des réunions à intérêt réduit pour ne pas travailler à la Pentecôte.

J'aurais préféré travailler avec mes élèves ce lundi!

De façon générale, je trouve qu'il est temps que nous arrêtions de nous comporter de façon si différente des autres travailleurs de ce pays.

Pour ce qui est de prendre l'argent où il est, je crois que ça conduirait à l'exil beaucoup de monde, et que l'Etat n'a pas manifesté une compétence financière suffisante pour qu'on lui accorde un budget plus grand.

(Seulement, je trouve dommage que ce soit cette belle fête de Pentecôte qui ait été choisie, plutôt que d'autres qui me semblent moins fondamentales)

gabriel a dit…

Excusez-moi de ce petit aparté mais le propos de bjf m'a un peu (euphémisme ?) interpellé.
En effet, étant un fervant partisan de la laïcité dans notre belle République, je ne puis qu'être content que le calendrier républicain comporte un jour férié du à une fête religieuse en moins. Peut-être aurait-on du choisir le premier mai ? le onze novembre alors ?!
Ah, bien sûr, je ne vais pas me plaindre d'avoir un jour de travail en moins (eh oui, contrairement à vous, je suis lycéen et non pas professeur) mais que voulez-vous ?

L'esprit est ardent mais la chair est faible...

ld a dit…

Je ne suis pas du tout d'accord avec vous(c'est étonnant)...
vos exemples sont éronnés:mitterand a été le seul président à décloisonner les marchés financiers(pas très à gauche), quant à jospin, c'est le premier ministre qui a le plus privatisé....
du coups, cela ramène à la quatrième république (lorsque les communistes étaient au pouvoir...), celle-là mm qui a reconstruit la france!!!
prenons les statistiques: qu'est ce qui a connu la plus forte croissance :
il y a 3 domaines économiques
- le travail
-l'innovation
-les marchés financiers
or la croissance du travail(j'entends le pouvoir d'achat)stagne,l'innovation est au plus bas et les marchés financiers ont explosé sur une période de 20 ans.Alors, oui, prenons l'argent, là où il est !!!!

Lhansen-Love a dit…

A ID:
"prenons l'argent où il est"
Qui ça "on"? Vous et moi? Je ne sais pas comment faire pour intercepter l'argent de la Haute Finance.
Et l'Etat ne sait pas trop comment faire non plus, semble-t-il..
Si c'était possible, pourquoi aucun gouvernement ne le fait-il?
Les groupes financiers ne sont plus localisés ici ou là. Comment voulez-vous que l'Etat leur confisque leurs profits? Je ne vois pas bien.
On ne peut que souhaiter une régulation au niveau international...mais sur la base d'un consentement des intéressés.
A moins que l'on envisage une appropriation collective des capitaux au niveau international?

Lhansen-Love a dit…

A Gabriel,

Quel autre jour de fête pourrait-on abolir? Je crois que l'on n'avait pas trouvé mieux que la Pentecôte (les autres étaient pires)... 8 mai? 11 nov? 1 novembre? Noël? 1 Janvier?
Quant aux jours ouvrables des profs: avec le bac qui commence de plus en plus tôt, on arrête les cours début juin. Alors les ponts du mois de Mai, c'est vraiment un peu too much, non?

bjf a dit…

à Gabriel,

Je pensais à l'Ascension - ne vous emportez pas.

Beaucoup, dans le monde catholique, pensaient que cette fête serait choisie, plutôt que la Pentecôte. La Pentecôte est une fête majeure très riche.

Ceci dit, ce n'est pas bien grave.

Votre ton me donne l'impression que vous confondez la laïcité et l'anticléricalisme.

Melissa a dit…

Les deux derniers commentaires m'amènent à penser qu'il est bien difficile de vouloir réformer la laïcité. En effet, la République est laïque et doit le rester, mais elle fonctionne avec un calendrier religieux chrétien; aussi, si l'on doit décider de la réduction des jours fériés religieux, est-ce à elle de décider quelle fête est la moins importante ? C'est un vrai débat !
D'autre part, la question de savoir pourquoi le lundi est férié, Pentecôte ou Pâques, est aussi à débattre...La vraie fête religieuse se passe le dimanche, le lundi n'est pas concerné; il me semble que cela doit être un reste de calendrier juif dont les deux fêtes sont dérivées, Pâques et Pentecôte juives ayant deux jours fériés tout aussi fêtés l'un que l'autre...
La seule solution serait de supprimer tout jour férié à caractère religieux...Ce serait sûrement les moins croyants qui protesteraient le plus fort !

gabriel a dit…

Excusez de m'être un peu emporté... Mes propos ont du être confus...
Je ne protestais absolument pas contre le fait de "défériériser" le lundi de Pentecôte, bien au contraire !
Et Melissa a raison :
doit-on adopter une attitude qui consiterait à fériériser les fêtes de toutes les religions représentées en France, ou bien une autre qui ne laisserait fériés que les fêtes "républicaines" ?

Et rassurez-vous, bjf, je ne confonds pas (encore ?) laïcité et anticléricalisme...
Personnellement, je pense que même si la France a une base judéo-chrétienne (que je ne renie pas du tout, car elle fait partie de ma culture) très forte, il faut laisser le religieux du côté privé et pas du côté public (public dans le sens "de l'Etat")... Il s'agit bien là du principe de séparation prôné par la laïcité ?