mercredi 19 décembre 2007

Alain Finkielkraut et Marcel Gauchet jugent l'année 2007







Vous pouvez réécouter l'émission de Frédéric Taddei, Ce soir ou jamais ici






Quatre philosophes (Gauchet, Finkielkraut et ... tartenpion jugent 2007)



( Alain Finkielkraut a frisé l'apoplexie en entendant les sottises des deux "hommes de progrès" que l'animateur avaient cru bon d'inviter)

13 commentaires:

Anonyme a dit…

En effet, j'ai cru qu'Alain Finkielkraut allait faire un infarctus. Il était outré (et moi aussi) par les idéologues d'extême gauche qu'il avait en face de lui..

Anonyme a dit…

Laurence Hansen-Love juge Daniel Bensaïd et Yvon Quiniou. Quel fiel !

Lhansen-Love a dit…

Fiel oui.. les deux zigotos,ils ne font vraiment pas le poids vis ) vis de Gauchet et Finkielkraut.

florian a dit…

Je viens de finir de regarder.
Dommage que Marcel Gauchet n'ait pas eu davantage la parole.
Force est de reconnaitre cependant que Quiniou était épuisant avec son marxisme un peu scolaire.
Force est de constater aussi que Fincky s'il est bien loin de ne raconter que des sottises est agaçant avec son Europe à référence chrétienne.
Je pense que cette idée là est à manipulée avec davantage de précaution.
Mais je dois dire, et c'est un peu grace à vous Laurence, je finis par le trouver sympathique le Fincky.

Lhansen-Love a dit…

A Florian,
Je suis contente, vous me mettez du baume au coeur! Je vous ai fait découvir Gauchet , et maintenant vous tolérez Finkielkraut!
Génial...
Quant à l'Europe à référence chrétienne... vous connaissez Remi Brague?
(mais au fait: pourquoi trouvez-vous Fink (un peu) sympathique? Il n'a rien cacher des ses idées obsessionnelles hier!)

Delph a dit…

Comprends pas comment on peut supporter Finkelkrout..
Désolé...

Lhansen-Love a dit…

Delph, quels livres de lui avez-vous lus? Et en quoi vous ont-ils déplu ?

A moins que vous n'en ayez aucuns?
Peut-être l'écoutez-vous sur France Culture?
Auquels cas vous devriez lui reocnnaître le mérite de respecter ses adversaires, et de les inviter à son émission.
Son immense culture, tant littéraire que philosophique que politique plaide encore en sa faveur - même si on n'est
pas d'accord avec tous ses partis-pris..
Notez avec quelle sympathie Marcel Gauchet le considérait l'autre soir. Marcel Gauchet est un philosophe de poids.

Simplet a dit…

"il n'a rien cacher des ses idées"...Attention faute d'orthographe! Désolé mais c'est trop tentant, surtout avec tous les articles que vous avez consacré au laisser-aller sur les blogs.

Lhansen-Love a dit…

merci Simplet.. hélas je ne peux pas annuler un commentaire.
mais quand me suis-je plainte du négligé des blogs? Je ne m'en souviens pas. Je sais par ailleurs que je fais des fautes d'inattention...

Matti a dit…

J'ai une question un peu bête, mais...comme je vois que vous êtes un peu sceptiques sur la qualité de l'intervention des deux "tartenpions", ou encore "zigotos" (comme vous dites!), et que pourtant ils étaient désignés comme "philosophes", je m'interroge un peu sur cette idée...
A partir de quand peut-on dire que qqn est philosophe?

Lhansen-Love a dit…

Ce n'est pas du tout une question bête, Matti, merci de me donner l'occasion de m'expliquer, je dis des choses un peu abruptes souvent, mais justement c'est pour voir si je suis lue, j'attends les réactions!
Il me semble qu'un philosophe est quelqu'un qui pense par lui-même -au minimum.
On peut même demander un peu plus! Avoir une pensée originale non?
Tout prof de philo n'est évidemment pas un philosophe, ni tout auteur de livres.
Qu'est-ce que je reproche à Quiniou et Bensaïd?
Le fait que l'on sait d'avance ce qu'ils vont dire (variations autour du thème: "opprimés de tous les pays , unissez-vous contre le capitalisme mondial, non à l'Europe libérale etc.."). Peu importe ce qu'is disent d'ailleurs.
Le problème c'est qu'on le sait d'avance parce que leur philosophies sont plus ou moins des idéologies ("logique d'une idée").
Rien de tel évidemment chez Gauchet et Finkielkraut dont les ouvrages sont tous profondément originaux. Je peux m'en expliquer. Lisez si vous voulez les compte rendus de livres de Gauchet que j'ai faits sur mes différents blogs.
Et lisez "La sagesse de l'amour" entre autres de A.F. On en reparle après.
De façon plus générale, les philosophes que j'admire sont inclassables.
Exemple: V. Jankélévitch,avant tout, Claude Lefort (voir mon compte rendu de son livre "Le temps présent"), Hans Jonas, E. de Fontenay , Simone Weil ("La pesanteur et la grâce"), Rémi Brague etc.. etc...
Est-ce que vous comprenez mieux mon point de vue?

Matti a dit…

Je comprends mieux.
Et je vais faire un peu de lecture maintenant...pour penser par moi-même.

Lhansen-Love a dit…

A Nicolas ,
Sur le premier point (je suis pressée à cause de Noël) juste cette citation de Elias Canetti:
"Celui qui signe un contrat doit savoir que dans mille ans on s'en souviendra encore. Nul ne peut penser ni respirer; l'histoire infecte de mauvaise odeur son haleine et défigure sa parole"
Je mettrai la totalité de ce texte en ligne dans quelques jours. C'est le culte de l'Histoire qui entretient le ressentiment et rend la paix impossible, dit-il.
Pour ce que vous publiez, je retiens seulement:
"Publier de fausses informations...Propager l'obscénité..Prôner de mauvais cultes.. violer les politiques religieuses.. porter atteinte aux règles morales de la société..."
L'Etat sait donc, en Chine, ce qui est obscène, ce qui est Vrai (?), et ce qui est faux?
Qu'est-ce qu'une "politique reigieuse"?
Nous voici revenus au temps d'avant Spinoza, Locke, Voltaire et B. Constant!
Vous me donnez enfin les arguments qui me manquaient.
"L'Etat est devenu un enfer parce que les hommes ont voulu en faire un paradis" dit Holderlin, anticipant ainsi le fondement de tout totalitarisme (L'Etat SAIT ce qui est bon pour chacun)
et
"Que l'autorité se borne à être juste, nous nous chargerons d'être heureux" B. Consntant
Je me permets de vous renvoyer à mon chapitre sur la laïcité Y a-t-il des pensées dangereuses? dans mon "Cours particulier". Et
à Pierre Manent: "Cours familier de philosophie".
La république, l'Etat de droit, c'est la séparation des sphères. L'Etat ne s'occupe ni de morale, ni de religion, ni de vérité. Quand il le fait (cf Loi Gayssot) il a tort. Car l'Etat ne peut pas décider à la place des historiens impartiaux (non nationaux: cf aujourd'hui il existe un livre d'histoire franco-allemand) ce qu'est la "vérité".