vendredi 21 décembre 2007

L'appel du Chanoine de Latran (l'Europe chrétienne, suite)


"La laïcité n'a pas le pouvoir de couper la France de ses racines chrétiennes" dit Nicolas Sarkozy (le Monde)

Je suis d'accord !

Il ajoute:

"La république doit s'enrichir d'une réflexion morale inspirée de convictions religieuses ayant des liens avec la transcendance".

Là je me demande s'il ne sort pas un peu des clous... de la laïcité...

Votre avis, chers masques?

5 commentaires:

florian a dit…

Bonjour,
Même remarques que vous. J'attendais de vous lire sur ce sujet. Mes bras sont tombés par terre lorsque j'ai lu les déclarations du Chanoine "d'honneur" de Saint Jean de Lattran.
La laïcité n'a jamais prétendu un seul instant couper la France de ses racines chrétiennes. Où a-t-il été chercher ça ?
Par contre faire de la chrétienté le centre de la cité... je m'estourbis, je m'étrangle et je sors l'abbé Meslier, mon illustre compatriote.
Que la chrétienté soit reconnue comme fait culturel participant de l'histoire et de la réalité européenne, pas de problème. Mais le fait de le réaffirmer sans cesse est déjà suspect. On n'a pas besoin d'affirmer la réalité si elle s'impose. Si on affirme ce qui s'impose n'est-ce pas pour justement le sur-imposer, et par conséquent réduire le reste du réel, diminuer sa richesse.
Et, il me semble qu'on devrait toujours (et surtout si on est Président de la République), lorsqu'on affirme le caractère chrétien de la France, ajouter que la France c'est aussi les Lumières. Par ailleurs, on pourrait aussi affirmer le caractère barbare de la France (Burgonde, Wisigoth, Francs, j'en passe), le caractère celtique, romain, normand (donc viking)... bref, la France est une mosaïque (comme l'Europe) et la Chrétienté n'est qu'une composante de cette mosaïque. Le liant, le socle commun.... pourquoi pas, mais n'est-ce pas plutôt le latin, la conception impériale du pouvoir héritée de la basileia de Zeus olympien ?
Donc sa sainteté Sarkozy simplifie dans sa première proposition, et ce dans l'unique intention de faire plaisir à la droite catholique qui le soutient.
Quant à la seconde proposition, elle est tout simplement à tomber de sa chaise. De la mystique de bas étage, une représentation condescendante du peuple réduit à l'état de masse espérante et désirante. Consternant.
Je retourne à la lecture de la Religion dans les limites de la simple raison.
A ce propos, chère Laurence, avez vous vu le film de Philippe Collin "Les derniers jours d'Emmanuel Kant" ?

Lhansen-Love a dit…

C'est surtout que Nicolas S. est un peu mal placé pour nous dire ce qu'il faut croire .. sur un plan moral.
Oui, j'ai vu "Les derniers jours de Kant". c'est excellent!
Lisez vous la Religion dans les limetes etc.. avec le commentaire de M. Foessel, dans ma collection?

florian a dit…

Helas non, j'ai la traduction de Gibelin, commentaires de Naar chez Vrin. J'ai lu ce texte une seule fois, trop vite et il y a longtemps (comme la plupart des textes qu'on lit quand on est étudiant, c'est toujours trop vite). J'avais décidé de consacrer les vacances de Noel à ce texte et aux Réflexions sur l'éducation (Vrin, trad et présentation de l'inévitable Philonenko) que je viens de recevoir, avec le film de Philippe Collin.

Lhansen-Love a dit…

Lisez le commentire de M. Foessel . ce n'est pas parce que c'est ma collection. C'est un commentaire génial! (par sa clarté)

florian a dit…

Amazon dit : la religion dans les limites.... chez Hatier, commentaire Foessel est indisponible.
Dommage.
Le film de Collin est effectivement superbe, touchant, le noir et blanc est parfait, la lumières et les ombres dessinent à merveille l'ambiance. La dernière scène est aussi belle qu'un ciel étoilé et une loi morale.