lundi 7 janvier 2008

Nicolas Sarkozy est-il vulgaire?


Non, pas du tout.

Juste un peu bling-bling. Lire le papier de Greilsamer ce soir dans le Monde.
Pour ma part, je m'interroge sur le sens de ce mot "vulgarité" et son son lien éventuel avec "le" politique. Voir à ce propos la copie d'une étudiante de IEP que j'ai mise sur Over-blog

2 commentaires:

Nicolas M a dit…

C'est vrai que c'est délicat de définir le vulgaire. J'avais entendu une fois une définition à la radio : en gros, ést vulgaire ce qui n'est pas maîtrisé, consciemment adopté. Ainsi une tenue, une attitude peut ou non paraître vulgaire si la personne l'adopte consciemment ou non.

Dans cette perspective Sarkozy ne serait donc pas vulgaire mais très calculateur. Pour carricaturer à outrance : la rolex et les soirées jet-set sur des yachts pour plaire aux riches, le survêtement à raillure et le jogging avec le marcel + JM Bigard + Mireille Mathieu pour plaire au Français moyen, Doc gynéco pour plaire aux jeunes etc..Il ratisse large. De toute façon il l'avait dit : il sera le président de TOUS les Français.

Lhansen-Love a dit…

Certes, quand quelque chose est fait volontairement, alors ce n'est plus vulgaire, (comme péter ou roter par exemple sans le faire exprès est tenu pour vulgaire ).
Mais on peut soutenir exactement le contraire.
Quand quelque chose est fait délibérément (exhiber sa richesse, sa dernière conquête, ses ray-ban etc...) c'est cela qui nous choque, non?
Les gens élégants ne se pavanent pas comme des paons avec leur queue.
Mais d'un autre côté, c'est vrai que la vulgarité d'un Wauquiez par exemple est purement stratégique. Celle de Sarkozy aussi, vous avez raison. Ceci renvoie donc au pb plus fondamental de la vulgarité forcée (?) du Prince en régime démocratique.
Machiavel : le Prince doit "faire peuple", enfin aussi longtemps que c'est ce que le peuple attend..
En ce moment, apparemment, le "peuple" est un peu lassé des exhibitions du Prince.