jeudi 14 juin 2007

L'amour, une illusion?


Lucy Vincent, neuro-biologiste,Auteur de « Comment tombe-t-on amoureux ? »

C’est une affaire d’hormones, et de neuro-transmetteurs, huilés ou pas, dit-elle.

Elle vient d’écrire un second livre

« Où est passé l’amour ? »
Ou elle démontre

1) Que la passion dure 18 à 36 mois. Rarement plus.

2) Ensuite on ne peut plus se supporter

3) Dans le meilleur des cas, on devient amis et complices

4) En vérité, hommes et femmes sont largement incompatibles. La société nous oblige à nous reproduire (d’où les hormones etc… ruses de la nature et de la société) mais si cela ne tenait qu’à nous on serait… homosexuels

5) Maintenant que les femmes peuvent y voir plus clair, grâce à la contraception, elles n’ont plus tellement de raison de continuer à subir la loi du mâle..
Voilà qui est assez déprimant et qui me conduit à poser la question :

Toute prise de conscience (ici = l’amour est une illusion commandée par l’espèce) est-elle libératrice ?

Notez que cette idée a été parfaitement comprise et exposée déjà par Schopenhauer dasn sa métaphysique de l’amour.

4 commentaires:

Benoît a dit…

Mais comment définir l'amour ? Peut-on vraiment appeler amour cette passion ? Et peut-on restraindre l'amour à la relation social observable aujourd'hui ?

Je reste sceptique sur la "démonstration".

Pour allez plus loin dans l'espirt du sujet (tout conscience est elle libératrice?) Spinoza nous montre que la liberté elle même est une illusion ... la conscience que la liberté n'existe pas est elle ... libératrice?

Lhansen-Love a dit…

Non , la liberté n'est pas une illusion pour Spinoza!
Je lis cela à longueur de copies!
D'ou tirez-vous cela!?
POur Spinoza la connaissance est une libération , comme il l'explique dans la partie 5 de l'Ethique.
Sans doute explique-t-il dans l'Ethique (1 et 4) , que l'homme soumis à ses passions n'est pas libre. Mais l'homme qui réfléchit, qui prend conscience des causes qui le font agir, devient libre!
De toute façon , aucun philsophue ne dit que l'homme n'est pas libre, car si l'homme n'était pas libre, la philosophie serait vaine, elle n'aurait pas lieu d'être!

Anonyme a dit…

Pouvez vous mettre des textes de Spinoza sur le pouvoir libérateur de la connaissance ?(d'après vous partie 5 de l'ethique )Merci

Anonyme a dit…

C'est toute la partie 5 de l'éthique, je ne peux pas le mette en ligne.
Mais sur la connaissance libératrice, Descartes dit cela dans son famaux texte sur la fille qui louche
http://www.hansen-love.com/article-4725319.html