lundi 11 juin 2007

Les trois textes du bac philo ( corrigé élémentaire)


Texte d’Aristote (L)

Thème : la liberté , le déterminisme psychologique, la responsabilité
Question : Suis-je responsable de mon caractère ( ici mauvais, injuste ou intempérant)?
Thèse : Je suis responsable de ce que je suis devenu. Un mauvais caractère n’est pas une excuse

Argumentation : Les hommes sont responsables de leur faiblesse morale (méchanceté, indolence). Le tempérament (acquis par l’habitude, l’exercice, ici par « relâchement », veulerie) est l’effet de ma volonté. Il exprime donc un choix originel.

Ni l’ignorance, ni la faiblesse ou inconscience ne sont une excuse.
Le principe de nos actes est en nous.
Conclusion : nous sommes libres et responsables de ce que nous sommes , malgré le sentiment contraire que nous avons souvent ( « circonstances atténuantes). Nous devons donc répondre ( « responsabilité ») de nos fautes.

Texte de Nietzsche (E.S)

Thème : le mal
Question : Y a-t-il des hommes qui font le mal sciemment (en le tenant pour mal)
Thèse : Il n’y a pas de différence subjectivement entre le bien et le mal.

(Attention : se garder de tout relativisme !)

Argumentation de Nietzsche :

Le mal est une question de point de vue. Pour la mouche, être écrasée, c’est mal. Pour le criminel, être sanctionné c’est mal. (Nietzsche joue sur les différents sens de ce que l’on appelle « mal »). Donc , du point de vue de l’auteur du mal, le mal est justifié, le mal, c’est bien.

Ou Nietzsche veut-il en venir?
Il semble approuver le « nul n’est méchant volontairement » des anciens. Mais la fin du texte est ironique.
Ce que suggère Nietzsche :
Il faut dépasser à la fois le point de vue relativiste (« à chacun son idée du bien et du mal ») et le point de vue prétendument objectif (« le bien et le mal sont des absolus »). Toute appréciation morale est à rapporter à un système de référence. Qui décide de ce qui est bien ou mal ? « Bien » pour qui, « mal » pour qui ?
Pour Nietzsche, c’est l’homme qui crée les valeurs. Toute valeur doit être rapportée au système dans lequel elle s’inscrit et prend un sens. On ne peut rien évaluer philosophiquement sans poser préalablement la question : qui évalue, et quel est le type de vie, ou de volonté, qu’exprime cette évaluation ?

Texte de Hume (S)

Thème La justice, comparaison entre la justice nationale et la justice internationale
Question : La justice nationale (propre à une nation) obéit-elle aux mêmes règles que la justice internationale ?
Thèse : La justice nationale doit être strictement contraignante (pas d’exception ni de dérogation). La justice internationale est beaucoup plus souple, voire erratique.

Attention :
Hume établit un constat. Son constat est juste, au moment où il parle ( 18 ième siècle).
Mais : 1) Cette situation , qu’il décrit, n’est pas satisfaisante. Ce qui est , ne devrait pas être (situation de guerre virtuelle entre les peuples) 2) Il faudrait donc que la justice internationale devienne contraignante (ce que propose Kant dans son Projet de paix perpétuelle) 3) Cela a changé depuis : cf ONU et les tribunaux internationaux.
Donc Hume n’a pas tort,évidemment, mais on se gardera de confondre le constat et le jugement de valeur (« c’est bien comme ça »)

20 commentaires:

Lucien a dit…

Si on a parlé de l'egoisme de l'homme est-ce que c'est une bonne chose ?

Anonyme a dit…

SLT COMMENT VOUS AVEZ FAIT POUR AVOIR LES SUJETS A 7H21?J'AURAIS DU VENIR PLUTOT!

Anonyme a dit…

Pour le texte de Nietzsche je n'ai pas mis du tout ça, voici les grandes parties de mon plan:
I/Un acte nuisible et intentionnelle est il toujours considérés comme immorale?
==>Distinction de certain acte nuisible pour respectant la moralité
II/L'homme agit toujours utilement ce qui permet d'expliquer "les mauvaises actions exercées par des hommes sur les hommes"
Suis-je hors sujet?
Merci

Ben a dit…

Combien de paragraphes pouvait-on distinguer? est-ce une erreur que de dire que la thèse formulée par Aristote se trouve à la ligne 4?

Anonyme a dit…

Pour mon commentaire du debut je parlais du texte de Nietzsche j'ai oublié de preciser...

¤Lara's ridiculous world¤ a dit…

moi je suis en L, c'est donc le texte d'Aristote que j'ai commenté. Mon plan a l'air similaire à celui-là, à quelques nuances près.
Pour moi, le problème était: Notre caractère dérive-t-il de nos actions?; et la thèse: le caractère des hommes est le résultat de leur conduite. Je situe aussi la thèse à la ligne 4/5.
Sinon, mon plan comportait une partie réfutation de la thèse dévelopée par Aristote, j'ai toujours fait comme ça, on m'a dit de le faire mais là je n'en vois pas; il en faut bien une??

Lhansen-Love a dit…

A lucien, oui certes.. cela dépend ce que tu as dit

Lhansen-Love a dit…

A Ben, il n'y avait pas de paragraphe, il me semble...

Lhansen-Love a dit…

Laras , oui très bien ce que tu as dit. Mais pour la réfutation ,je ne vois pas bien..

Anonyme a dit…

pour le texte d hume: j ai dis que si au sein des sociétés on avait réussi a arracher l homme a l'Etat de nature en créant un état de droit,en revanche pour les rapports entre sociétes, on en était encore a l Etat de nature.
c est dans l esprit du texte?

Anonyme a dit…

Bonjour. Comment se fait il que vous connaissiez deja les sujets au moins 40 minutes avant le debut de l'epreuve ? Merci

Christophe

Anonyme a dit…

vous avez expliquer que la fin du texte de Nietzsche était ironique. Je ne l'ai pas du tout remarqué j'ai même cru que c'était sa thèse. En plus pour vraiment comprendre que c'était ironique, il aurait fallu connaître quelques éléments de la pensée du philosophe pour bien comprendre que c'était ironique, or sur le sujet, c'est écrit que la connaissance de la doctine de l'auteur n'est pas nécessaire. Bref pour en arriver à la question suivante : est-ce que les correcteurs vont prendre en compte ou non de l'ironie de la fin du texte ? Autrement dit est-ce que ça va pénaliser ceux qui, comme moi, n'ont pas vu l'ironie ?

Anonyme a dit…

Bonjour, je suis en ES et j'ai donc pris le commentaire de texte de nietzsche.
J'ai marqué en introduction que dans une société il y a des normes et des valeurs qui se traduisent en moral et que pour bergson c'est une moral moyenne que tout le monde accepte.
Puis en 1ere partie j'ai dit que l'homme est un loup pour l'homme donc les hommes ont besoin de se protéger et ils créent l'état qui dispose d'une violence légitime.
Puis en 2eme partie j'ai dit que la thèse de nietzsche disait que l'homme fixait ce qui était bien ou mal en fonction de ses propres intérets.Par exemple tué une mouche n'est pas immoral car ça nous dérange mais que quelqu'un tue un autre c'est immoral en référance avec la moral moyenne de berson et que paradoxalement que l'état fasse souffrir un autre homme pour le bien des autres ba ça c'est moral et personne n'y voit d'inconvénient.
Puis j'ai parler du principe de légitime défense qui lui même est moral car c'est pour se protéger.
Aprés j'ai donc citer kant, les eudémonistes et les hédonistes pour bien montrer qu'on fixe ce qui est bien ou mal en fonction de ses intéréts.
Et en dernière partie j'ai dit que l'homme était bon par nature mais qu'il y avait une nuance car il fait le bien pour être bien dans la société et j'ai parlé de l'église, de marx et des stoîciens qui disaient que l'homme en faite défendait toujours ses propres intérêts et qu'il disait ce qui est bien ou mal en fonction de ça.
Alor qu'est-ce que vous en pensez?Merci de me répondre.

Chris a dit…

Bonjour,
Je suis en série S et ai donc traité le texte de Hume.
Je n'ai pas utilisé le sens de l'obligation (doit) dans ma thèse et ait plus vu l'idée dans le sens qu'une justice est essentielle pour une nation mais pas pour un ensemble de nations (puisqu'elles peuvent subsister sans). Donc une nation peut sur le plan internationnal ignorer une règle de justice la dérangeant (ce qui est décris dans la dernière partie du texte).

Est-ce tout aussi valable comme raisonnement?
Merci d'avance pour votre réponse.

Lylie a dit…

Bonjour, je suis en TS j'ai donc donc expliqué le texte de Hume.
La problématique que j'ai dégagée du texte était que les relations de justice et d'équité entre les individus d'une société étaient nécessaires et primordiales, tandis que celles pouvant exister entre deux nations, si elles étaient utiles, n'étaient pas pour autant fondamentales.
Mais j'ai peur d'avoir fait un contre-sens, puisque lorsque l'auteur dit que : "La nature humaine ne peut en aucune façon subsister sans l'association des individus", j'ai pris cette phrase dans le sens où c'était la nature de l'homme de vivre en société, de s'associer. J'ai presque fait un parallèle avec Aristote qui dit que l'homme est un animal sociable. Et dans le reste du développement, j'ai dit que si un individu refusait de suivre des règles d'équité et de justice, il refusait de maintenir la cohésion sociale, donc il refusait de travailler à conserver le moyen qui lui permettait d'exister(la société). Donc il reniait sa nature profonde, et il renonçait à son statut d'être humain...
Je crois que je suis partie beaucoup trop loin...
De plus quand j'ai cherché des renseignements sur Hume, j'ai vu qu'il appartenait au même mouvement que Locke, pour qui les hommes ont passé un pacte pour s'associer.
Alors apparemment j'était à côté de la plaque dans toute mon explication.
Je voulais savoir si ce contre-sens allait me coûter vraiment très cher, car je comptait vraiment sur la philo pour rattraper les matières scientifiques...
En plus, la phrase que j'ai citée plus haut est assez ambigue (je trouve), et on n'est pas censés connaitre la doctrine de l'auteur...
Donc pourriez-vous me dire si j'ai dégagé la bonne problématique, et si a votre avis j'ai fait un grave contre-sens?
J'espère que vous trouverez le temps de me répondre!
Merci d'avance!^^

Lhansen-Love a dit…

Lily, il n'y a pas de contre sens grave mais le sujet du texte c'est l'opposition entre justice nationale et justice internationale.
Mais rine de dramatique!

Alexandra a dit…

Bonjour. Je suis en TL et donc très angoissée par la philosophie (en raison de ce coef.7 assez effrayant !!) ... On m'a toujours dit de faire une partie Explication, la seconde Discussion autour de la thèse et des idées de l'auteur. J'ai eu l'impression que le texte est divisé en 4 parties et que la thèse se trouve ligne 4 ? Est-ce exact ? J'ai fais une étude plutôt linéaire du texte j'espère que ce n'est pas trop "scolaire" ? Pour la seconde partie je dois admettre que je manquais de références précises (est-ce grave ?) et j'espère ne pas m'être égarée en parlant dans un premier temps de Sartre ( L'existentialisme est un humanisme ) qui, il me semble défend plus ou moins la même idée sur la Liberté, la Responsabilité et les Choix; et j'ai opposé à la conception aristotélicienne les idées des déterministes et des fatalistes ? Suis-je à côté de ce qu'on attend ?!
Je me doute que vous aussi, professeurs, vous croulez sous le travail donc je comprendrai si vous n'avez pas le temps de répondre à mes questions !
Bonne (fin) d'après-midi ! =)

Lylie a dit…

Merci beaucoup de m'avoir répondu, vous m'avez rassurée!
Merci de proposer cette aide aux candidats (un peu) stressés!^^

Anonyme a dit…

bonjour et avant tout merci pour ce site et pour votre travail! enfin un site qui n'est pas payant... Je suis en TL et concernant le texte d'aristote, j'ai pris un risque en prenant l'exemple du nazisme pour soutenir aristote: j'ai expliqué que les nazis avait nié toute responsabilité face à leur crime, j'ai souligné qu'ils étaient injustes et qu'ils avaient fait un choix, celui de prendre la voie et l'idéologie du nazisme: ils ont donc fait un choix au départ, ils sont responsables de par ce choix et en commettant ces crimes (et donc en suivant cette voie) ils se sont batît eux memes commes injustes. Qu'en pensez-vous? Merci d'avance.

Anonyme a dit…

bonjour je m'appelle sabrina alors voila moi g fé le commentaire ainsi k 2 parties la 2eme partie g parlé de l'inconscient(freud) ns ne sommes pas responsable de nos acte k g opposé a aristote et a sartre en meme tps g parlé de la liberté et en troisieme g di k nous n'étions pas déterminé par notre nature g parlé de spinoza et ds cette meme partie g parlé du fatalisme(auncune part de liberté).ai-je fais un hors sujet? merci