mardi 5 février 2008

Les profs : mérite ou performance?


Donc les enseignants vont être évalués.

Selon leurs "performances". Pas selon leur "mérite"! (cette distinction est totalement inepte).

Quelle est la différence entre "performance" et "mérite"?
"Performance" renvoie à une idée de management, de résultats chiffrables. Tandis que le "mérite" renvoie à l'idée d'effort, de bonne volonté, de qualité morale. Donc aujourd'hui tout le monde dit : le "mérite" est une notion scandaleuse. Evaluons donc les performances! C'est vraiment n'importe quoi l'idéologie bien pensante...)

Une fois écartée la question épineuse de savoir ce qu'on évalue (les résultats.. des élèves???), reste la question : QUI évalue?
Les inspecteurs (une fois tous les 7 ans)? Les proviseurs? Oui, bien sûr, mais c'est délà le cas
Les élèves? Le problème c'est que ce jeu de miroir est un peu pervers : je te mets une bonne note et toi en échange, pareil. Ca marchera surtout dans l'autre sens (échange de zéros pointés!)

Dernière idée en date (ce matin dans Métro), Thierry Cadart, SGEN-CFDT:

On pourrait essayer l'auto- évaluation ( "j'ai bien progressé ce trimestre. La preuve: la moyenne de mes élèves est meilleure, il y a eu moins d'agressions, moins d'insultes, moins de chahut")
Ou encore : l'évaluation des collègues pas leur collègues. Par exemple, je note mes collègues de philo et réciproquement...
Super idée...

Et bonjour l'ambiance en salle des profs..

Dernière question: une fois les profs évalués par les uns et les autres, qu'est-ce qu'on fait des nuls? On les met au piquet dans la cour de récré? On leur fait des retenues sur salaire? On les oblige à faire du soutien scolaire pendant les vacances?
Autre proposition?

3 commentaires:

Christophe a dit…

Ca revient un peu à créer des soviets : un soviet des profs de philo, un soviet des profs d'histoire... Un bon moyen pour "punir" un collègue que l'on apprécie pas (par exemple s'il a de meilleurs résultats, si les élèves l'aiment bien ou simplement si on n'aime pas la "personne").

Ou sinon, chacun pourrait faire son autocritique et se mettre une note ! Et pourquoi pas devant les élèves, les autres profs et la direction tant qu'on y est ?

Conclusion : rien de tel que les bonnes vieilles méthodes à la CGT.

Davy a dit…

Je ne sais pas si cette histoire d'évaluation est si "grave" que cela..

Pour parler d'un exemple concret, dernièrement à la fin du semestre à Sciences Po (d'ailleurs je tiens à vous remercier, vous mettez beaucoup de personnes sur la bonne voie avec ce blog), on a du remplir des fiches sur les professeurs que l'on a eu tout au long du semestre. Que ce soit Maître de conf' et prof de "conférence de méthode" (groupes de 20). Le type des questions était
"Quelles suggestions auriez-vous à apporter afin d'améliorer cette conférence ?", des choses comme ça. Et d'après ce que j'ai pu voir pendant les "remplissages", beaucoup de personnes mettaient des critiques constructives, ou alors quelques mots de suggestions mais en tout cas ils pouvaient certainement apporter des idées. Ces feuilles sont retransmises à l'administration puis ensuite consultables par les professeurs.

Rien de méchant ! Après est-ce possible au lycée, ça je ne peux que faire des hypothèses, mais peut-être que vu sous cet angle les choses paraissent moins "dictatoriales". Je pense seulement que ce système peut-être vu de façon à améliorer les cours, sans exercer une trop grande tension entre le professeur et ses élèves.. Ce n'est du tout comme ça que je l'ai senti lorsque j'ai du rendre mes fiches d'évaluations !

Est-ce exportable au lycée ? N'y a-t-il pas des risques de conflits entre profs et élèves? La question mérite d'être posée.

Lhansen-Love a dit…

Oui, je sais, j'ai enseigné à IEP.
Nous étions notés, mais cela se faisait selon certaines règles (une grille avec des questions précises) avec une relative courtoisie..
Mais il y avait aussi des remarques désagréables.
Donc il y a du pour et du contre. Mais ce qui vaut pour des étudiants n'est pas forcément transposable pour des collégiens..