vendredi 15 février 2008

Simone Veil s'oppose à Nicolas Sarkozy

Voici son point de vue: Nouvel Obs

( Elle a raison - en effet il ne peut être question d ' "identification". Mais qui parle d'identification?
Ensuite quand elle dit : "nous avons essayé d'épargner nos propres enfants", elle sait de quoi elle parle!
Mais le temps a passé, et je ne crois pas que l'on doive forcément continuer à tenir ces sujets comme des tabous, jusqu'à la fin des temps... cf le débat dépassé sur le film de Spielberg, La liste de Schindler)
Quant à ce qu'elle dit des enseignants, c'est très gentil, mais je crois que le discours du prof reste très insignifiant, irréel aux yeux des écoliers...
J'ai appris dernièrement que les allemands allaient diffuser des bandes dessinées expliquant la Shoah dans toutes les écoles primaires.
Sur le coup j'ai trouvé cela déplacé. Mais, après tout, ce n'est sans doute pas une mauvaise idée... Dans un souci d'initier vraiment les enfants à la vérité, et très tôt, là encore?
On imagine si une telle proposition avait été exprimée en France! )

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Elle a tellement raison !
Par ailleurs vous dites que la violence à laquelle les enfants sont confrontés à travers l'image de nos jours est regrettable... Mais je crois qu'il n'y a pas de comparaison possible entre les jeux vidéos, les dessins animés et la shoah.
Vraiment, cela a très peu à voir. L'horreur des camps de la mort doit être incroyablement difficile à concevoir pour un enfant et je crois que c'est plutôt une bonne chose. Je ne dis pas qu'il faut les élever dans une bulle mais qu'on n'est pas obligés de leur assèner la shoah dans toute son horreur alors qu'ils sont encore si jeunes.. Du moins on peut leur en parler, il faut leur en parler mais pas de façon aussi brutale ! Si l'on associe la mémoire d'un enfant déporté à chaque élève de CM2, il y aura forcément un phénomène d'identification. Enfant, on peut s'identifier très facilement à ceux qui nous entourent, on lit Harry Potter, on se croit sorcier etc...
En outre, même si l'on ne force pas les enfants à regarder Nuit et Brouillard, la violence que l'on imagine (ou qui dépasse notre imagination) peut affecter bien plus que la violence des images, je crois. à cet âge là, concevoir qu'un enfant comme eux, exactement comme eux, qui n'avait pas enfreint la loi, qui avait des parents qui n'ont pas pu le protéger, s'est fait déporter... Je trouve cela incroyablement violent !

grellety a dit…

Avec le citoyen qui a accédé au sommet de la République, on cherche souvent la cohérence. Que n'avons-nous pas entendu contre "la repentance" ? C'est qu'elle visait les descendants des esclaves, des citoyens de seconde zone peut-être ? ! "La France n'a pas commis de crime contre l'humanité pendant la guerre" - c'est vrai, qui a dit le contraire ? ! Mais certains Français, non ? Ce Président qui applique une politique d'extrême-droite se drape dans une idéologie de gauche (références, appel à la générosité, ...), et lorsque les victimes, juives, souffrirent, il faudrait qu'elles aient, dans l'école de 2008, un statut à part ? Antisémites et philosémites se rejoignent ici : le statut spécial des Juifs dans le monde et l'Histoire, et il me semble que la dite Histoire a prouvé que ce prétendu statut spécial était redoutable, tout autant qu'injuste, mensonger. Les Juifs sont des gens comme les autres, un peuple comme les autres. AUX YEUX DES NAZIS, et de leurs soutiens français, les Juifs étaient à part, mais pourquoi les républicains devraient leur emboiter le pas ? La Shoah, la Seconde Guerre Mondiale sont traités dans l'Education Nationale, bien assez tôt, car il n'est pas aisé de raconter et de démontrer comment des êtres humains ont pu être de tels infâmes salauds. Mais puisque l'homme de l'Elysée l'a décidé, nous n'aurons pas le choix. Alors, il faudra se résoudre à expliquer aux enfants qui, pourquoi et comment, en France, de prétendus "bons français", ont préparé la défaite de 1940, par l'alliance de la synarchie et de la Cagoule, et se sont jetés avec zèle et passion, dans le crime politique. Car il n'y a pas eu que des Jean Filliol, mais aussi des Darquier de Pellepoix, Papon, toute l'extrême-droite à l'oeuvre.
Travail, famille, patrie.
Mais ne sont-ce pas les prétendues valeurs du sieur ? Derrière "le devoir de mémoire", ne chercherait-on pas à nous faire oublier... ?

Lhansen-Love a dit…

La question n'est pas de savoir si les Juifs sont un peuple à part.
Mais le "crime contre l'humanité" est tout de même un cas à part, mais qui ne visait pas les seuls juifs...
Quant à N.S. il est fatigué, il afudrait qu'il prenne des vacances, mais pas sur un yacht . Dans un endroit tranquille. Là il ne fait que s'enfoncer...

grellety a dit…

Si la question n'est pas de savoir si les Juifs sont un peuple à part (effectivement, pour moi, la réponse est claire : non !), il n'empêche que ce genre d'objectifs et d'obligations a pour caractéristique de distinguer ce qui est arrivé aux Juifs d'Europe pendant la Seconde Guerre Mondiale (la Shoah), de ce qui est arrivé identiquement aux non-Juifs (tziganes, homosexuels, résistants, ...). Des victimes de second ordre ? Parce qu'il n'y aurait pas d'enfants parmi eux (mais il y en eut pour les tziganes) ? Et que penser des enfants d'Oradour sur Glane, ainsi que de Lidice ? Est-ce que ces victimes du nazisme sont égales aux victimes juives ? Oui - mais pour tout le monde ? Ce type de distinction entre victimes me semble scandaleux. Mais venant de M. Sarkozy, je ne suis nullement surpris - et je me réjouis de le voir s'enfoncer dans le pire. A chacune de ces sorties (ou presque!), il nous prouve qu'il était et qu'il est indigne de cette fonction, et que son élection constitue une faute.

Lhansen-Love a dit…

Non, il ne s'agit pas de "distinguer" "ce qui est arrivé", comme vous dites, aux juifs. Il s'agit de comprende l'unicité de la shoah, même si l'on admet qu'il y a eu depuis d'autres génocides.
Là dessus je vous renvoie à Arendt, et à mon maître Jankélévitch (L'imprescriptible)qui explique en quoi ce crime est unique et hors du commun....
Quant à dire que l'élection de Sarkozy a été une "faute", vous parlez un peu vite...
Que dire des élections de Poutine, Chavez, Bush, Berlusconi????
Cela fait beaucoup de peuples fautifs?
Doivent-ils être punis? Et si oui, comment?