mercredi 12 novembre 2008

Descartes et la démocratie


J'aimerais savoir ce que vous inspire ce texte que j'ai proposé ce matin à mes élèves:


Pour toutes les "questions difficiles", selon Descartes, il est totalement superflu de consulter l'opinion. Voici pourquoi :


« ... Il ne servirait à rien de compter les voix pour suivre l'opinion qui a le plus de partisans car, s'il s'agit d'une question difficile, il est plus sage de croire que sur ce point la vérité n'a pu être découverte que par peu de gens et non par beaucoup. Quand bien même d'ailleurs tous seraient d'accord entre eux, leur doctrine ne suffirait pas cependant : car jamais, par exemple, nous ne deviendrons Mathématiciens, même en retenant par coeur toutes les démonstrations des autres, si notre esprit n'est pas capable à son tour de résoudre, toute espèce de problème ; et nous ne serons jamais Philosophes, si nous avons lu tous les raisonnements de Platon et d'Aristote, et qu'il nous est impossible de porter un jugement ferme sur une question donnée : en effet, nous paraîtrons avoir appris non des sciences, mais de l'histoire. »


Règle 3 pour la direction de l'esprit. Oeuvres, (p 43 Pléiade).

8 commentaires:

Pierre a dit…

Cet extrait me rappelle un autre passage de Descartes, dans la lettre-préface des 'Principes de la philosophie' ; "il n'est pas seulement utile de vivre avec ceux qui s'appliquent à cette étude [la philosophie], mais il est incomparablement meilleur de s'y appliquer soi-même". Il me semble qu'on retrouve ici aussi la notion d'action liée à celle de savoir.

Lhansen-Love a dit…

Oui, bien sûr... Mais que vlouez-vous dire dans votre dernière phrase?
Et quels sont les problèmes que soulève ce texte?

Nathan a dit…

C'est le paradoxe démocratique, entre le peuple souverain et ses représentants. Le problème est plus fort avec internet, imaginons qu'on puisse effectuer des référendums par internet. Voter tous les jours sur la politique de la nation, ou s'arrêteraient les décisions de l'opinion ?

Lhansen-Love a dit…

Il est indispensable de mettre un peu de distance entre l'opinion et sa représentation. Si l'opinion décidait au jour le jour de ce que l'Etat doit faire, ce serait plutôt chaotique, non?

Lhansen-Love a dit…

Nathan on ne vous voit pas bien sur la photo!

Anonyme a dit…

chacun interprète et réfléchi différemment sur ce qu'il sait, quand bien même nous ne savons pas tous la même chose. consulter l'opinion c'est donc donner raison à la réflexion et aux choix du plus grand nombre, lequel n'est pas toujours le meilleur.

Lhansen-Love a dit…

Consulter l'opinion, ce n'est pas "donner raison à la réflexion", c'est l'inverse, en tout cas selon Descartes. POur Descartes on ne pense que tout seul (ce qui peut se discuter). Disons que le moment de la réflexion solitaire est décisif.

Anonyme a dit…

Selon la loi de Pareto (Connue aussi par "loi des 20-80 20,une minorité du peuple possède la quasi totalité de la richesse intellectuelle.La décision par la majorité est dans ce cas un nivellement par le bas. Mao a réussi a hissé ce niveau par la Révolution Culturelle.Le marxisme fut un échec parce qu'il n'a pas mis en majeure la culture mais l'économique et le social.Il ne faut pas confondre culture et religion sinon on tomberait dans le piège où le pauvre peuple iranien serait en train de se débattre.dans un monde où la compétition se place sur le plan incliné de l'économie et où le principal moteur de développement humain (la culture)est délestée par les forces multinationales et les pouvoirs trans-nationaux et donc politiques,la justice devient problématique, qu'elle se veuille sociale ou individuelle...