jeudi 22 mai 2008

"Il n'y a pas de grand Autre" selon Zizek...


Si quelqu'un a compris quelque chose au papier de Robert Maggiori sur la "parallaxe" aujourd'hui dans Libération, pourrait-il avoir la bonté de se faire connaître? Libé

3 commentaires:

Lyonel Baum a dit…

Article Grand écart parallactique . "Il n'y pas de grand Autre" selon Zizek.

Avant toute chose définition du grand Autre selon Jacques Lacan : L'apport essentiel de lacan consiste à affirmer l'évidence suivante : lorsqu'un sujet parle à un analyste qui a choisi de se taire , s'impose toujours un troisième larron : l'autre. Comme il prend une place déterminante, Lacan le requiert sous le nom de grand autre. Le seul capable de faire sortir l'inconscient de son trou. Mais comment peut-il affirmer un truc pareil ? Parce que, pour lui, il n'existe pas de parole sans langage, pas de colloque singulier d'où serait absente une Loi, celle qui permet au verbe de circuler de Paule à Germaine et de Jacques à Alain. D'accord, mais ça ne dit toujours pas qui c'est, ce grand Autre? Dans le meilleur des cas, l'analyste répond »c'est personne», mais un «personne» qui conditionne tout le monde. Le simple paroissien, avant même d'être au fait de la présence du grand Autre, et a fortiori quand il le sait embusqué derrière le fauteuil, lui prête une toute puissance sabs faille. Durant la cure, il découvrira - du moins c'est ce qu'on lui souhaite - que cet Autre n'est grand que de la grandeur qu'il lui prête.Le langage échoue à tout dire, il est impossible de trouver une définition holistique du grand Autre chez Lacan, même en convoquant la totalité de son corpus.Non , il ne s'agit pas d'une pirouette mais Lacan n'a cessé de prendre, d'incorporer, de reprendre, de digérer, de rejeter cette notion, jusqu'à la transformer en véritable pelote de rejection dans laquelle l'oeil exercé découvre un morceau de fantasme, un bout de phallus, un débris de jouissance et des bribes de Che vuoi. cf Oreste Saint-Drôme .

Lhansen-Love a dit…

Merci , c'est vraiment très gentil!

Lyonel Baum a dit…

Le grand Autre désigne l'ensemble de ces autres qui ont précédé sa venue au monde, qui ont parlé de lui, qui lui parlent, et à qui il s'adresse. Lacan , à l'occasion, spécifie la notion en parlant de l 'Autre primordial qui désigne plus spécifiquement la mère ( ou celle qui en occupe la fonction) , ou bien de l ' Autre de la Loi qui désigne la fonction paternelle plus que le géniteur proprement dit. Plus généralement l'Autre désigne chez Lacan un lieu le lieu de l'Autre . Ce vocable est l'équivalent du terme freudien Autre scène qui désigne cet Ailleurs où se déposent les signifiants refoulés. La naissance corrélative du sujet et de l'Autre, et son aliénation constituante, c'est la naissance de l'inconscient comme lieu. Le grand Autre est à distinguer du petit autre le semblable ( stade du miroir ) .