samedi 31 mai 2008

Libéralisme, socialisme, est-ce compatible?


Ce matin débat Ferry Julliard; extraits (de mémoire, pardon pour les approximations):

Luc Ferry :

"Nous sommes tous deux des libéraux-sociaux-démocrates. Le parti socialiste aussi, dans l'ensemble.
Mais le problème de la gauche , c'est de le reconnaître , et de pouvoir affirmer en même temps: mais on est mieux que la droite"

"Ségolène Royal a deux mentors, Jacques Julliard et BHL, or tous deux se disent libéraux. Elle-même dit admirer Tony Blair. On est étonné de l'entendre protester contre le libéralisme..."

Jacques Julliard:

"On ne peut que constater que l'hégémonie intellectuelle du PS se trouve désormais à droite..."

"Libéralisme et socialisme sont non seulement compatibles, mais désormais indispensables l'un à l'autre..C 'est la révolution française qui a intrduit le libéralisme, c'est-à-dire les droits de l'homme... Le libéralisme politique, mais aussi économique. Le libéralisme économique est une conquête de la révolution française. L'ancien régime imposait un carcan strict à l'économie, un système planifié que la révolution française a aboli"

"La gauche aurait grand tort d'bandonner le beau mot de libéralisme à la droite"

3 commentaires:

Mathilde a dit…

Il y avait un documentaire sur Lawrence d'Arabie hier soir la 5.
A la fin, la journaliste demande à la documentariste :"Alors, quel est message de ce film?". La documentariste a répondu quelque chose comme "Un des messages de ce film est que la guerre fait de l'homme un barbare".
Je sais qu'on vous a posé la question 33 fois, mais je la repose quand même...: si à la fin du film je conclus que la guerre rend effectivement l'homme barbare, et que c'était effectivement une des idées que le scenariste voulait faire partager, cela n'est-il pas un message?
je sais que vous allez déjà répondre que ce n'en est pas un...
Mais pourquoi?
Est-ce que ce n'est pas un message dans la mesure où celui-ci doit être explicite, et que dans un film, le realisateur ne fait que montrer et qu'il laisse au spectateur le choix de l'interprétation?
Je n'arrive pas à me "dépersuader" que l'auteur d'un film cherche à nous dire quelque chose!!

Lhansen-Love a dit…

Chère Mathilde,
Vous allez me rendre folle, tous , à commencer par les journalistes.

Je peux vous citer des millions de films et d'oeuvres d'art sur la guerre, qui montrent que "la guerre rend les hommes barbares".
1) C'est idiot. Parce que des barbares il y en a aussi hors guerre (cf le gang des barbares ou Fourniret) donc on ne peut pas incriminer spécialement la guerre. Sur le sujet lire "Un si fragile vernis d'humanité" de Michel Terentschenko.
Il existe aussi de nombreux textes (et films) qui disent que la guerre est l'occasion pour l'homme de révéler sa noblesse. Bref: "la guerre rend les hommes barbares" et "quelle connerie la guerre") ce sont des CLICHES
2) Sur le plan de l'esthétique, même si le film vous conduit à telle ou telle conclusion, ce n'est pas pour cela qu'il est bon, mais .. malgré cela! Bref :
Je ne dis pas "les films n'ont pas de message"
Je dis:
Toute oeuvre ou film qui "a un message" sera apprécié, sur un plan esthétique, indépendamment de ce message.
(Par exemple : "Into the wild".
Voici le message: "la civilisation c'est horrible; fuyons la cinvilisation, mais en même temps attention c'est dangereux". Et bien si le film a une qualité, elle ne tient pas à ce message, qui est un enfantillage, une niaiserie.

Vous voyez la différence?
S'il vous plaît! Pour me faire plaisir!

Mathilde a dit…

Ah, mais ne vous inquiétez pas, j'avais bien compris qu'on jugeait un bon film sur ses qualités esthétiques et non pas sur uniquement sur le fond (sinon, ce serait un peu comme si on disait qu'un film était bon en lisant le synopsis, non?)
Mais le réalisateur/scénariste a quand même des choses à nous dire, ou au moins, à nous montrer.
Pour l'exemple...c'était un parmi d'autres, mais j'avoue que celui-là était particulièrement cliché.
:)