jeudi 22 mai 2008

La cause libérale gagne un nouvel adepte


"Je suis libéral" dit Bertand Delanoë

Et il précise:

"Le libéralisme est à la liberté ce que la république est à la démocratie"... (????)


"La gauche doit se réapproprier, avec fierté, et le mot et la chose"

Lu dans Libé aujourd'hui.. (ils sont tellement embêtés qu'ils n'ont pas mis le lien)

Etonnant , non?

8 commentaires:

Lucas a dit…

Certes, venant de la gauche, cela dérange. Et cela ne devrait pas.
Derrière ce message, il y a une volonté de rassembler, dans un grand parti centriste ou en tout cas de s'attirer cet électorat.
S'il parvient à être premier secrétaire, la séparation du Ps entre les utopistes & les réformistes pourrait probablement s'accélérer.
Cette alliance représentée par le Ps ne correspond plus aux réalités d'aujourd'hui.
L'avantage d'un "homme" conjoncturelement fort permettrait de différencier les libéraux keynésiens réformistes, de leur aile gauche, qui pourrait symboliser un nouveau départ pour les Cartels de l'extrème Gauche de Besancenot ou même Fabius.
Somme toute, je vois en cette volonté d'affirmer son opinion politique avec le soutient des sympathisants, une probable réorganisation de la gauche en deux partis distincts, forts, plutôt que divisés comme c'est le cas aujourd'hui.
Une rénovation pré-établit en quelque sorte...
Et comme dit le dicton ... Diviser pour mieux régner ... alors, faut-il aimer écouter un "gauchiste" qui parle de libéralisme ?Je répond oui.

Clementine a dit…

Il n'y a pas de vrais libéraux en France (c'est une différence avec les USA..)...

florian a dit…

J'ai lu par mégarde la biographie de Marx qu'a signée Jacques Attali l'année dernière.
Donc je ne m'étonne plus de rien quant à la réflexion doctrinale de la gauche. En fait Marx n'est pas de gauche, ce sont les gauchistes qui ont cru qu'il était de gauche. Marx était un homme de progrès, fasciné par la technologie et par l'Amérique donc... un libéral.
Je grossis à peine le trait.
Je passe de l'étonnement à la consternation.
Il faudrait que les socialistes de ce pays relisent la logique d'Aristote.
Moi je suis courbe et droit, rond et carré, etc.
Cette stratégie de centre centre-gauche a ruiné l'Italie et ramené Berlusconi au pouvoir. Delanoé en homme d'avenir invente un système qui vient de faire la preuve de son inefficacité et de sa vacuité.
Pas étonnant parce que prévisible. Les grands chefs de la gauche française vont faire la course pour savoir celui qui est le plus à droite...

Bientôt Bayrou sera plus à gauche que le PS.

Lhansen-Love a dit…

C'est quoi un "vrai" libéral, Clémentine?
Ce mot a plusieurs sens, non?

Anonyme a dit…

Je crois que Clémentine veut dire qu'en France, le libéralisme est réduit à une forme de néo-libéralisme économique chez ceux qui, à droite, s'en réclament. Dans le même temps, ces derniers sont tout sauf des libéraux en matière sociétale (cf. mariage gay, adoption par couples homo, drogues douces, euthanasie, pensée très sécuritaire, etc.). Je partage l'idée qu'il serait temps, enfin, que le centre-gauche progressiste se réapproprie la part politique et sociétale du libéralisme.

Lhansen-Love a dit…

Oui, je crois que c'est bien cela que veut dire Clémentine. En même temps on ne peut déclarer le libéralisme c'est cela ( le libéralisme "moral"; libertaire) et seulement cela!

florian a dit…

Dites, je sais que ma remarque ne fait que révéler le crypto-gauchiste que je suis, mais pour vous le libéralisme est acceptable à partir du moment où on se permet un petit joint sans être inquiété par la police, que Marcel puisse convoler en juste noce avec Alfred, qu'ils puissent adopter la petite Georgette et qu'on puisse faire appel à une équipe de spécialistes pour qu'elle vienne mettre fin à vos jours.
Christine Lagarde vient d'autoriser le Red Bull (contre l'avis de sa collègue de la santé). Christine est une vraie libérale. Que Christine vienne faire cours devant une classe d'élèves qui se seraient sirotés un RedBull à la recrée. On devrait même en installer des distributeurs dans les couloirs, se serait vraiment très libéral.
On peut poursuivre avec les OGM (très libéraux les OGM, MonSantos c'est une boitre très cool, paraît même qu'ils vont faire une herbe OGM légale), les modifications génétiques, le clonage, et tout le bazar. Il ne reste plus qu'à nommer Dantec premier ministre. Le ticket Delanoé - Dantec, cela aurait de la tronche pour les prochaines élections non ?

Anonyme a dit…

Florian, à lire ton texte délicieusement néo-réac (mais aussi délibérément caricatural), on s'aperçoit que la France a un gros problème avec l'héritage libéral, qu'elle diabolise ou réduit abusivement à sa composante économique. Alain Renaut avance souvent, dans ses essais, que c'est la tradition républicaine (et l'afflux vers cette dernière des déçus du marxisme) qui brouille la lecture et la compréhension de la modernité libérale. Je crois qu'il n'a pas entièrement tort. Les thèmes authentiquement libéraux (neutralité idéologique de l'Etat, limitation et contrôle du pouvoir, priorité de la question du Juste sur celle du Bien, garantie de la plus large sphère de liberté pour l'individu et la société civile...) me paraissent pourtant un horizon largement partageable. Cependant, il est vrai que les libéraux auto-proclamés ont plus souvent lu Hayek que Locke ou Rawls ... et le plus souvent, sans doute, ils n'ont rien lu ! (sauf peut-être Les Echos).