lundi 6 octobre 2008

"Une enseignante se pend dans son école.."

A Massy, dans l'Essonne .... Le Parisien
(est-ce que cela doit s'appeler un"fait divers"?)

5 commentaires:

Duobrio a dit…

N'est-ce pas le message laissé par cette femme en se suicidant non pas chez elle, mais dans l'école où elle enseignait qui nous donne la réponse ?
Ne sommes-nous pas tous responsables bien que non coupables ?

Anonyme a dit…

Il fallait en parler et je savais que vous le feriez!!!
Les circonstances du suicide restent obscures et peut etre bien qu'elles le resteront. Il semblerait juste que ce soit une femme en mal de vivre qui ai mis fin a ses jours. Ou peut être était-ce l'oeuvre de jeunes esprits "machiavéliques" qui, pour se venger aurait pousser cette dernière au bord du gouffre.
Ce qui est assez intéressant dans ce fait divers est la vive réaction qu'elle a suscitée. Notamment chez les internautes qui ont vigoureusement réagi quant aux conditions de travail des enseignants. Une mort reste un fait déplorable , mais l'amalgame, puis l'instrumentalisation que vos homologues vont en faire l'est peut être encore plus. Car ici, ce n'est pas un problème dont l'éducation national doit vraiment se soucier. C'était une femme parmi tant d'autre qui ne voulait plus vivre et qui, par conséquent n'a pas respecter la tache qui incombe à tout homme ou femme sur cette terre : Vivre.

glandeur de la la terminal L 2007/08

Nathan a dit…

Le fait divers n'est plus fait divers lorsqu'il sort du cas isolé pour devenir phénomène de société, ou symptôme.
Aussi sordide soit-il, il s'agit bien ici d'un fait divers ...

Duobrio a dit…

Un suicide n'est jamais la conséquence d'une seule raison mais l'accumulation de raisons diverses (lire les explications de Durkheim dans "le suicide" ... merci Mme Hansen !)-
et je ne pense pas que cette femme ne "voulait" plus vivre mais ne le pouvait plus ; elle n'a trouvé à son ou ses problèmes que cette solution ; c'est là le drame de la solitude, de la non communication, etc...
Qui a dit que la tâche nous incombant est de vivre ?
On fait souvent ce qu'on "peut" avec ce qu'on a et souvent aussi il y en a qui sont bien plus privilégiés que d'autres -
il n'y a pas à instrumentaliser quoique ce soit mais de réfléchir si on peut éviter à l'avenir ce genre de drame devenu un fait divers...

Lhansen-Love a dit…

Un suicide dans une classe, ce n'est pas banal, ni anodin.
Evidemment , c'est un cas particulier. Mais tout de même!