lundi 22 octobre 2007

La lecture de la lettre de Guy Môquet, suite


Lu dans Libé ("l'actualité vu pas les libénautes" : la nouvelle rubrique démago):

"Le professeur de philosophie s'efforce de fonder sur la raison, pas sur le pathos et les passions . Il guide vers la compréhension, pas vers l'amour aveugle de la patrie. Vers la clairvoyance, pas vers les palpitations du sentiment nationaliste"

Certes!


C'est la raison pour laquelle je propose à la fois de lire cette lettre, ou d'autres, et de lancer une réflexion sur l'héroïsme aujourd'hui...


(j'avoue que j'en ai un peu marre du consensus de la bien pensance anti-Sarko. J'attends vos réactions!)


9 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suis personnellement très choquée par la réaction des profs.. Elève en terminale, j'ai eu le droit ce matin en histoire à 20 minutes de justification verbeuse sur le thème: "Pourquoi j'ai d'excellentes raisons de ne pas lire cette lettre.. (N'allez surtout pas croire que je vote à gauche!)". Je trouve que tant qu'à faire de la résistance, autant lire une autre lettre, c'est quand même plus élégant.

sophie a dit…

Ne pensez- vous pas que l’éducation doit avoir un but moral ? Faut- il s’excuser de vouloir rappeler les valeurs de la France ? Est- ce un gros mot que de parler de « Nation »et de « patriotisme » ? Franchement, je ne comprend pas toute cette polémique….
Rappelons nous cette phrase de Rousseau, en parlant des étudiants : « Ces mots de magnanimité, de tempérance, d’humanité, de courage, ils ne sauront ce que c’est ; ce doux nom de patrie ne frappera jamais leur oreille » Voilà ce qui nous attend.
Cette lettre est un symbole, elle manifeste un idéal et des valeurs. Sommes nous donc incapables de patriotisme ?
(Je trouve par ailleurs que c’est un excellent moyen de rappeler à tous ces abrutis qui ne sentent pas bien en France- sauf pour les avantages sociaux, bien sûr- que beaucoup se sont battus pour Elle, et ses valeurs de liberté et de démocratie.)

Anonyme a dit…

Et s'il fallait tout simplement s'en foutre, de la lecture de cette lettre ? Après tout, deux questions se posent : 1 - Est-ce que son contenu est aberrant ? Non, à mon avis, "ça ne pisse pas loin" (pardon !), mais il n'y a rien de scandaleux dans le contenu de la lettre. 2 - Est-ce que le procédé qui consiste à imposer cette lecture est illégal ? Non. Une autorité politique légitime, en charge de la politique éducative du pays, peut donner une instruction de ce genre. C'est légal.
Après, gadget ou pas gadget, récupération ou pas récupération ... Ok pour tout ça, mais où est le scandale ? Est-ce que cela mérite vraiment tout ce foin ?

Lhansen-Love a dit…

Ne généralisons pas.
Tous les profs n'ont pas la même réaction..
Mon point de vue est en effet qu'il vaut mieux trouver une approche personnelle plutôt que de refuser frontalement.

florian a dit…

Bonjour,
Dans mon lycée la lettre a été lue par un ancien FFL (un ancien SAS, un type extra) puis les profs d'histoires ont ont recadré le contexte. J'ai fait un topo sur la transmission et la résistance avec Hannah Arendt.
Je pense qu'il fallait faire quelque chose.
C'était l'occasion de penser l'évènement, une sorte de travaux pratiques.
Des collègues ont râlé (manipulation, récupération, et patati et patata).
Mauvaise foi et bonne conscience bon marché.
Résister contre Sarkozy en refusant de lire la lettre de Môquet, cela m'a paru tellement dérisoire...

Lhansen-Love a dit…

Sophie, d'accord avec Rousseau.. Pour le reste "ces abrutis qui ne se trouvent pas bien en France"... comme vous y allez!Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils ne sont ps vraiment touojurs bien accueillis !
Vous devriez aller voir La blessure, le film de N. Klotz.

Lhansen-Love a dit…

Personne ne dit que le contenu de la lettre est scandaleux.
L'enjeu c'est:
-Sarkozy utilise quelque chose qui ne lui appartient aucunement pour que la gloire et l'émotion rejaillissent sur lui .
- Nous n'avons pas dans notre enseignement à suivre des directives politiciennes .
Mais d'un autre côté, l'opposition systématique à toute initiative venant de Sarkozy est un "bonpenser" insupportable.
Donc je suis pour le ni ni.

sophie a dit…

Pardon, mais je voulais parler de certains français en général, pas nécessairement des immigrés !!
D’ailleurs, en ce qui concerne les immigrés, rappelons nous le débat qu'il y a eu sur le "Ministère de l'immigration et de l'identité nationale" : cela avait beaucoup choqué. Pourtant, il me semble que quand l’identité nationale est forte ( la lettre de Guy Moquet en est un moyen) , l’immigration peut être forte, car l’assimilation est effective...C’est quand l’identité nationale est faible que la xénophobie se développe, ie. la peur de l’autre comme étranger. La xénophobie est liée au manque de confiance en soi, en sa propre identité.
C’est pourquoi, quand on parle d’immigration et d’identité nationale, il ne faut pas croire que la première menacerait la seconde, et inversement.
(J’irai voir le film…. !!)

Lhansen-Love a dit…

merci de cette clarification, Sophie..