dimanche 23 septembre 2007

"La France en faillite" ?


Nous avons des ministres qui emploient des mots interdits (comme "faillite", ou "guerre").

Autant dire que le temps de la langue de bois semble révolue (enfin c'est un début).

Faut-il s'en plaindre?

Est-ce délibéré, ou s' agit-il de gaffes?

5 commentaires:

grellety a dit…

Monsieur s'est expliqué : il faisait de la pédagogie, de l'explication de texte-par-image, pour les enfants-adultes de la triste démocratie française. Pour leur faire comprendre que "cela va mal" et que la situation des finances publiques est très mauvaise, il a parlé de faillite. Car tout le monde comprend : cessation de paiements, arrêt de l'activité, fermeture de l'entreprise, licenciements, chômage, en somme la litanie du malheur dans le monde moderne. Sauf que, non, la France n'est pas en faillite : la cessation de paiement est impossible, puisque le Trésor Public reçoit toujours du cash, puisque l'activité économique en France est effective, diverse et diversifiée, cumulant ainsi de nombreuses sources de revenus pour l'Etat, parce que les richesses monétaires, mobilières et immobilières de l'Etat et des Français sont telles et suffisantes que de nouveaux et différents prélèvements suffiraient à équilibrer les comptes - sans parler de l'essentiel, à savoir une diminution drastique du chômage qui provoquerait de nouvelles recettes pour les finances de l'Etat. DONC, le premier ministre s'est trompé ET a menti, car ce que je viens d'exposer, il le sait parfaitement - ou alors, il faut qu'il demissionne. Car on comprendrait mal que, à la tête de l'Etat, des incompétents puissent se voir confier des responsabilités aussi lourdes alors que dans l'ensemble des structures d'activité, sont requises des compétences avérées pour obtenir un poste, une responsabilité. Mais il est encore plus évident que le premier ministre ment, c'est lorsqu'on renverse son point de vue misérabiliste, ce que Peter Sloterdijk explique parfaitement dans Sphères, 3; à savoir que notre époque se caractérise et se singularise par une maîtrise des moyens de production de l'abondance matérielle, par une diffusion sans cesse plus importante des conditions de vie enrichies, gâtées, comme il les appelle, en somme, si on traduit pour notre situation, que "la France" n'a jamais autant produit de "richesses". Donc, question : comment un premier ministre peut et pourquoi, nous faire croire l'inverse ? Que veut-il occulter ?

Anonyme a dit…

Toute la question est alors de savoir si le mensonge est préférable à la langue de bois ...

Lhansen-Love a dit…

Ce soir je viens d'entendre JC Trichet, qui n'allait pas dans votre sens, et qui donnait des éléments peu sucaptibles de contestation (la France est de tous les pays européens est de tous celui pour lequel la dette publique est la plus lourde- je crois)

Lhansen-Love a dit…

Justement pas. La langue de la politique ne répond pas à la logique du tiers exclu ...

grellety a dit…

Jean-Claude Trichet, le président de la BCE ? Quel... crédit lui accorder lorsqu'on sait qu'il est totalement impliqué dans l'idéologie et la politique ultra-libérale en Europe ? Il y a débat, la preuve, la réponse d'Eli Cohen à 20 Minutes
http://www.20minutes.fr/article/182807/Economie-La-France-n-est-pas-techniquement-en-faillite-mais-doit-moins-depenser.php