mardi 18 septembre 2007

Régimes spéciaux de retraite


Mieux vaut ne pas programmer de voyages en SNCF dans le semaines à venir : La CGT appelle à une grève nationale (le Monde)

8 commentaires:

farid a dit…

Et alors ? Qu'est-ce que vous en pensez ? Vous ne trouvez pas ça normal ? Dites nous votre avis, on ne fait pas dans la neutralité ici quand même ?

Lhansen-Love a dit…

En fait, non je ne trouve pas cela normal.
Ca je crois savoir que le rallongement de l'âge du départ en retraite est nécessaire pour tous (jusque 65 ans) comme on le voit en Europe. Donc l'alignement des "régimes spéciaux" n'est qu'un tout début. On s'oriente vers une réforme plus générale et beaucoup plus importante, qui concernera bien sûr, aussi, les profs.
Personnellement je pense que seuls les métiers "pénibles " (selon le critère de l'espérance de vie) devraient avoir droit à des régiles spéciaux.

Lhansen-Love a dit…

Farid : "la peur par la peur".. je ne comprends pas. De quoi parlez vous? Et déjà à quoi votre message se rapporte-t-il?

farid a dit…

Et quels sont ces métiers pénibles ? On n'en trouve pas à la SNCF ou à la RATP ? Vous m'étonnez dans votre soutien au régime... C'était aussi à propos de ça, le contrôle de la peur par la peur: nôtre débat sur la gauche-gauche ou, dans votre cas, sur la droite-droite...

Lhansen-Love a dit…

Métier pénible: prof!
C'est épuisant! Répétitif, stressant, des horaires terribles, pas possible de choisir sa résidence, une administration qui nous persécute, des élèves, en plus , qui posent toujours les mêmes questions. Pas toujours pertinentes.
On devrait s'arrêter à 40 ans!

florian a dit…

Bonsoir,
Prof en prepa ce n'est pas prof en LP à Argenteuil. J'ai quelques "vieux" collègues ici dans les Ardennes qui sont aussi bien usés et qui trainent de plus en plus les pieds. On ne légifère à partir de cas particuliers bien entendu, mais pour certains enseignants (comme pour tout agent de la fonction publique qui est en contact direct avec la réalité sociale), ne doit-on pas reconnaitre un certain niveau de pénibilité ?

Lhansen-Love a dit…

Argenteuil ? C'est par hasard que vous citez Argenteuil? J'y étais, au lycée George Braque, avant d'arriver à Paris... Expérience intéressante, mais lassante.
Prof de prépa: ce n'est pas un métier "pénible", c'est une chance considérable de travailler dans de telles conditions.
En revanche, Argenteuil, c'était dur. Surtout les transports.
Mais il est normal, dans la fonction publique de manger le pain noir (20 ans à Melun pour moi) puis de finir dans de meilleures conditions.
Après, si un prof passe toute sa carrière à Argenteuil, je comprends qui'l soit usé, en effet.
Il me semeble que le pb n'est aps la retraite, qui ne se justifie pas également pour tous, mais la mobilité et l'avancement possible dans la carrière. Ce qui n'est possible qu'au mérite, en tout cas en différenciant les cas, et non pas par copinage syndical comme c'est le cas actuellement.
De façon générale je trouve que la retraite, ça devrait être un choix individuel et non pas une règle fixe imposée par l'Etat.

Laurence dSM a dit…

En effet il serait préférable que chacun puisse choisir l'âge de sa retraite, sans compter qu'il peut arriver malheureusement que certaines personnes - suite à de gros problèmes de santé - soient obligées de reprendre un travail après des années
forcées d'abstention, et n'auront jamais assez de points de retraite suffisants...
Prof est un magnifique métier, il devrait être plus valorisé.

Une autre question, qui n'a rien à voir... croyez-vous qu'il soit normal de devoir se diriger vers certains pays (USA, Allemagne, etc...) lorsque l'on exerce
certains métiers (comme des métiers artistiques), parce que la France n'a pas le temps de regarder
ce que vous faites (monde de l'édition fermé)? Etrange, non ?

Un excellent week-end à chacun,

Laurence dSM